Maison écologiques : de la philosophie au mode de vie

Maison écologiques : de la philosophie au mode de vie

A l’heure où le changement climatique n’est plus à remettre en question, les grandes entreprises cherchent à se mettre au vert. Chez vous aussi, vous pouvez apporter votre pierre à l’édifice avec quelques idées qui vous permettront à la fois de participer à la lutte contre le réchauffement climatique mais aussi d’économiser sur vos factures.

Qu’est-ce qu’une maison écologique ?

Une maison écologique, ou éco-construction est un habitat pensé pour être la plus respectueuse possible de l’environnement. A ce titre, son fonctionnement est prévu pour limiter la consommation d’énergie au maximum. Parmi les installations les plus connues, on trouve les panneaux solaires pour l’électricité mais également et dans un registre plus simple, les récupérateurs d’eau de pluie pour le jardin. Mais d’un point de vue architecturale, cette démarche va plus loin : les plans, les matériaux et les équipements sont réfléchis de façon à ce que la maison s’inscrive dans son environnement naturel sans impacter celui-ci. Il existe plusieurs déclinaisons de maison écologique selon le principal objectif recherché : respect de l’environnement, économie d’énergie, respect de la santé. Aujourd’hui, certains architectes se revendiquent comme experts en éco-construction.

D’où vient le concept d’habitat écologique ?

En matière de logement écologique, c’est à nos voisins allemands que nous devons le développement des premières idées. Dans les années 70, le pays fait face à un manque de matière première qui invite les ingénieurs à repenser leurs constructions. Mais les réflexions menées autour d’un habitat respectueux de l’environnement remontent encore à quelques années auparavant. En effet, au XIXe siècle, la révolution industrielle ne fait pas que des heureux. Conscients de l’importance de préserver la nature, certains architectes cherchent à préserver le confort adopté par le progrès tout en renouant avec l’environnement. Dans la lignée de l’architecture vernaculaire, ils cherchent à s’inscrire dans un micro espace en utilisant au maximum les ressources et les matériaux qui leurs sont proches et ce, en fonction des conditions climatiques spécifiques aux lieux. De même, en réaction à la massification de l’habitat dans les grandes villes, de grands noms de l’architecture se détachent, comme Ebenezer Howard qui créé les cités-jardins (logement dans des zones semi-urbaines), ou encore Frank Lloyd Wright qui cherche à fondre visuellement ses constructions dans leur environnement.

Les équipements écologiques les plus démocratisés

Aujourd’hui, l’impact écologique des constructions est très souvent pris en compte, que ce soit pour la construction d’un habitat de particulier ou pour des espaces collectifs. Certaines installations très simples permettent de profiter d’une réduction de l’empreinte carbone et d’une diminution du coût de consommation. C’est le cas par exemple des systèmes d’éclairages : les ampoules LED (Diode Electro-Luminescente) représentent un avantage économique important sur un éclairage classique. Même si elles se révèlent plus chères à l’achat, leur autonomie est plus longue et elles sont beaucoup moins énergivores. L’électricité toute entière peut même être produite à la maison : panneaux solaires, éoliennes de jardin peuvent également contribuer à faire baisser les factures. Des systèmes de récupération et de filtrage d’eau de pluie peuvent être installés. En simple cuve sous la gouttière, on peut s’en servir pour l’entretien des sols, du jardin, de la voiture mais il existe des circuits plus élaborés qui permettent d’alimenter les chasses d’eau ou un robinet d’appoint.

Lien pour marque-pages : Permaliens.