La maison bioclimatique

La maison bioclimatique

Une maison bioclimatique est une construction soucieuse de son positionnement sur le terrain, de son environnement, de sa disposition orientée au maximum en plein Sud, de la disposition de ses espaces et de son aménagement intérieur… Cette construction présente une forme « d’intelligence ». Souvent, à la notion de bioclimatisme, ce type de maison répond aussi à un objectif environnemental : minimiser les matériaux de construction polluants et nuisibles pour la santé, conduire un chantier plus « propre »… On parle alors de matériaux biosourcés. Il en existe de toute sorte dans l’isolation : ouate de cellulose, laine de chanvre, fibre de bois, paille… ou dans l’ossature avec le bois par exemple.

Pour être « bioclimatique » une maison doit respecter plusieurs critères :

  • La prise au vent, l’exposition au soleil, l’implantation sur le terrain, tout sera étudié pour exploiter toutes les capacités de la maison
  • L’isolation, les ouvertures, la répartition des espaces intérieurs seront à réfléchir à l’étape de la conception de la construction
  • Le choix des matériaux de construction utilisés aura son importance dans l’optimisation des performances énergétiques et d’un point de vue écologique (faible impact environnemental).

Certaines constructions en plus de respecter la norme de la Règlementation Thermique se sont soumises à des exigences techniques supérieures inhérentes à des certifications. Il existe différentes possibilités aux constructeurs de se distinguer : labels et certifications. La différence entre ces deux distinctions est facile à faire : l’un est obtenu auprès d’un organisme public ou privé après avoir respecté un cahier des charges donné tandis que l’autre est délivrée par un organisme indépendant.

A titre d’exemple, une maison certifiée NF Haute Qualité Environnementale signifie qu’elle respecte 56 exigences techniques supérieures à la règlementation thermique imposée à toutes les constructions. A ce titre, une attestation de conformité à la norme vous sera remise et vous assurera que votre maison présentent des avantages certains : qualité de vie, performance économique, respect de l’environnement.

La maison bioclimatique fait parler d’elle car elle concilie « bien-être environnemental » et préservation de la santé. En effet, les maisons bioclimatiques sont beaucoup plus lumineuses que les maisons traditionnelles car elles sont orientées vers le Sud et présentent beaucoup plus de fenêtres qu’une maison traditionnelle.

La force des maisons bioclimatiques réside également dans le gain énergétique. L’apport solaire est une source de chaleur naturelle diffusée gratuitement dans la maison. L’isolation et la nature des matériaux choisis permettent d’optimiser la température intérieure. Par exemple, la ouate de cellulose ou la fibre de bois présentent un déphasage thermique efficace = la différence entre la température extérieure et intérieure (10h en moyenne). L’utilisation maximale du bois, matière par essence aux qualités thermiques remarquables, permet également d’optimiser le plein potentiel en gain énergétique de la maison. Au-delà de sa composition structurelle, la forme de la maison a aussi un rôle à jouer. Par exemple, une forme polygonale présente 20% de murs en moins qu’une construction cubique traditionnelle. Le fait de réduire le nombre de murs dans la maison permet de limiter la déperdition de chaleur (meilleure répartition et circulation de la chaleur).

Quels matériaux pour l’isolation d’une maison bioclimatique?

L’un des matériaux très couramment utilisé dans la construction bioclimatique est le bois. Certaines constructions en font leur matériaux phare en l’utilisant dans : l’ossature, les murs, le plancher, le parquet, les panneaux de contreventement, la charpente, les menuiseries, le bardage… Le bois est une matière naturelle, vivante et renouvelable.

Il dispose de nombreuses qualités :

  • Excellente durabilité dans le temps,
  • Bonne résistance mécanique à la déformation, aux chocs, aux fissures, à la compression,
  • Très bonne résistance au feu contrairement aux idées reçues le bois présente une faible dilatation et conductivité thermiques. Sous l’effet du feu, il se consume lentement en formant une pellicule noire avant de prendre feu lorsque la température atteint 270°. A contrario, une maison traditionnelle en parpaings ou en briques explosera sous l’effet de la chaleur du feu.
  • Excellente qualité thermique en agissant comme régulateur de la chaleur.

Beaucoup de constructeurs de maisons bioclimatiques ont opté pour des matériaux biosourcés et pour l’utilisation du bois, c’est l’avenir ! Non seulement le bois limite l’empreinte carbone, mais en plus il possède des vertus thérapeutiques avérées par la science. Vivre dans un environnement contenant du bois protège la santé à plusieurs niveaux : il permet une meilleure récupération après une intervention chirurgicale ; il a un effet bénéfique sur le système immunitaire ; il a un effet très positif concernant les maladies respiratoires en régulant l’humidité dans l’air ; il réduit le niveau de stress et le rythme cardiaque… Des recherches scientifiques sont en cours afin d’identifier le mécanisme d’action des molécules de bois dans les maladies neurodégénératives, les complications dues au diabète, les maladies infectieuses, et les maladies pulmonaires chroniques. L’avenir de l’habitat se trouve bien dans un principe constructif soucieux de l’environnement et de la préservation de la santé humaine !

Pour marque-pages : Permaliens.