Maisons écologiques

Les 5 erreurs les plus courantes à ne surtout pas faire lors de l’achat d’une voiture électrique

Par Michel Duchène , le mercredi, 26 octobre 2022, 9h35 , mis à jour le mercredi, 26 octobre 2022, 9h45 - 6 minutes de lecture

Les nouveaux conducteurs de voitures électriques ne sont pas toujours prêts pour l’apparition de ces véhicules dans leur vie. Pour cette raison, lors de l’achat de voitures électriques, de nombreux conducteurs commettent des erreurs qui, par la suite, affectent négativement le fonctionnement des voitures. Dans cet article, nous allons examiner les éléments auxquels vous devez prêter attention avant d’utiliser un calculateur de coût de VE et d’acheter une voiture.

Les erreurs les plus courantes commises par les conducteurs lors de l’achat d’une voiture électrique

Les voitures électriques sont très demandées, mais avant d’acheter, vous devez évaluer sobrement vos capacités et vos besoins.

Perte d’argent

Le manque à gagner est la première erreur à laquelle les conducteurs sont confrontés. Comme pour les voitures classiques, les conducteurs ont la possibilité d’acheter des modèles neufs ou des voitures d’occasion. Et cette dernière solution est parfois la plus raisonnable. Même les véhicules électriques vendus sur le marché secondaire ont un faible kilométrage et ne présentent pas de problèmes ou de pannes.

En fait, en achetant une voiture électrique neuve, les conducteurs paient tout simplement trop cher et perdent ainsi les avantages qu’ils peuvent obtenir en achetant une voiture électrique d’occasion.

Pas de charge

Cette erreur est très typique des voitures à moteur électrifié. Avant d’acheter un tel véhicule, il convient de se demander où il faudra le recharger. Vous pouvez charger la voiture à la maison, une simple prise fera l’affaire, vous pouvez aussi trouver une prise dans le parking près du bureau. La plupart des propriétaires de voitures électriques laissent leur voiture se charger pendant la nuit et se réveillent lorsque la batterie est complètement chargée. Si les propriétaires n’ont pas cette opportunité, alors il y aura de sérieux problèmes avec le fonctionnement de la machine.

Faible autonomie du véhicule

Lors de l’achat d’une voiture électrique, les conducteurs doivent prêter attention aux modèles qui ont une autonomie suffisante. L’autonomie est un indicateur très important, il faut donc en tenir compte avant d’acheter. Il est important que les conducteurs comprennent qu’en cas de faible réserve d’énergie sur une seule charge de batterie, la voiture peut tout simplement caler soudainement et il sera impossible de continuer à fonctionner sans recharge supplémentaire.

Des dépenses sérieuses

Certains conducteurs finissent par dépenser trop pour un véhicule électrique, ce qui est une autre erreur courante. Il est préférable d’évaluer au préalable tous vos besoins et toutes vos options afin de pouvoir choisir le bon véhicule électrique avec la bonne autonomie.

Les coûts associés à la possession d’une voiture, ou plutôt le fait de les ignorer, devient une autre erreur.

Les conducteurs doivent comprendre qu’ils doivent contrôler tous les coûts liés à l’utilisation d’une voiture à moteur électrique. La liste des dépenses comprend l’assurance, l’immatriculation et les frais d’entretien.

Si le conducteur ne réfléchit pas à l’avance à la somme d’argent dont il aura besoin pour se déplacer en voiture électrique chaque mois, il risque de se retrouver dans une situation très désavantageuse qui l’obligera à dépenser sérieusement.

Ce qu’il faut savoir avant d’acheter une voiture électrique

La meilleure façon d’éviter les erreurs lors de l’achat d’une voiture électrique est une bonne préparation. Examinons les points les plus importants qui vous permettront d’éviter les ennuis.

1. Vos besoins déterminent le modèle à acheter.

Si la Renault Zoe est la voiture électrique la plus vendue, elle n’est pas forcément la mieux adaptée à votre usage ni la plus économique pour vous.

Vous devez comparer les offres des constructeurs, considérer autant de modèles différents que possible, et décider des tâches que la voiture doit accomplir (trajets courts ou longs ; ville, route et/ou autoroute, etc.)

2. Certains modèles ont des défauts.

Selon vos besoins, les inconvénients connus de chaque modèle de VE peuvent être rebutants ou sans rapport avec votre cas d’utilisation. Vous devez être conscient de ces points négatifs. L’idéal est d’acquérir des connaissances après avoir testé le véhicule et d’ignorer les informations recueillies sur Internet, notamment dans les forums d’utilisateurs.

Par exemple, vous pouvez remarquer les caractéristiques suivantes :

  • forte sensibilité au vent de travers pour le Citron C-ZiMiOn (Citron C-Zero, Mitsubishi i-MiEV, et Peugeot iOn),
  • une diminution de la puissance de charge rapide lors des longs trajets avec la Nissan Leaf 2,
  • l’obligation de maintenir la température de la batterie autour de 60C dans la Bollor Bluecar et la Citron E-Mehari, etc.

3. L’autonomie déclarée n’est pas la vraie autonomie

Depuis des années, l’autonomie annoncée officiellement par les constructeurs est basée sur un cycle NEDC trop optimiste. Pour obtenir l’autonomie que vous pouvez espérer dans les bonnes conditions d’utilisation (températures chaudes, dénivelés importants, etc.), il faut réduire d’environ 20 % les chiffres officiellement annoncés pour chaque modèle.

4. L’autonomie est sérieusement réduite en hiver

L’ajout de consommateurs en fonctionnement en hiver (chauffage, éclairage extérieur, etc.), ainsi qu’une certaine perte de capacité des batteries au lithium à basse température, peuvent réduire l’autonomie des véhicules de 30, 40, 50 %, voire plus.

5. Les batteries Li-ion polymère sont plus résistantes au froid

Selon les utilisateurs réguliers de véhicules électriques équipés de packs lithium-ion polymère particulièrement bien protégés (Kia Soul EV, Hyundai Ioniq, etc.), cette technologie est moins sensible aux basses températures, ce qui entraîne une moindre perte d’autonomie.

6. L’autonomie des véhicules électriques augmente progressivement

De nombreux constructeurs de véhicules électriques utilisent les avancées technologiques des cellules lithium-ion pour augmenter plus ou moins la capacité des batteries. C’est le cas, par exemple, des Renault Zoe, Nissan Leaf, Evalia e-NV200, BMW i3, EV Kia Soul, Tesla Model S, etc.

7. Puissance maximale de la borne et puissance de charge effective.

Les concessionnaires ne sont pas toujours transparents avec les clients en ce qui concerne la recharge dans les lieux publics. Ils supposent parfois qu’un véhicule électrique équipé d’une borne rapide de 50 kW peut également fonctionner à son maximum, soit 22 kW de puissance, sur une borne accélérée.

C’est une erreur d’y croire car tout dépend des chargeurs intégrés. De nombreux VE conçus pour la charge rapide se contenteront, en plus de cette capacité, d’une recharge lente de type E/F (éventuellement améliorée). D’autres, équipés d’un chargeur optionnel de 7kW, pourront faire fonctionner des bornes rapides jusqu’à un maximum de 6,6kW.

Les véhicules électriques ne sont pas nouveaux sur le marché, mais ils n’ont pas encore reçu toute la reconnaissance qu’ils méritent certainement. Toutefois, le nombre croissant de véhicules électriques sur les routes montre que leur popularité augmente progressivement. L’achat d’une voiture électrique présente de nombreux avantages. Certains d’entre eux peuvent être appréciés non seulement par les propriétaires eux-mêmes, mais aussi par des observateurs extérieurs.

Avatar photo

Michel Duchène

Je m'appelle Michel Duchène et je suis passionné par le bricolage, les travaux manuels et particulièrement le gros oeuvre. J'ai décidé de mettre mon expérience au service des internautes en créant mon blog. J'y partage mes astuces et mes conseils pour réussir vos travaux. J'ai toujours été passionné par le bricolage. C'est d'ailleurs ce qui m'a poussé à faire des études d'ingénieur en bâtiment. Aujourd'hui, je suis à la tête d'une entreprise de construction et je continue à partager ma passion sur mon blog.

Voir les publications de l'auteur