Solaire photovoltaïque : les Français prêts à passer à l’action ?

Solaire photovoltaïque : les Français prêts à passer à l’action ?

Passer aux panneaux solaires ? Les Français semblent être prêts… Pourtant, malgré les incitations financières de l’État, ils éprouvent encore quelques réticences à passer à l’acte : défiance, démarches administratives, difficultés techniques… Nostrodomus a enquêté auprès de professionnels du secteur et vous livre leurs impressions.

Neuf Français sur dix se déclarent favorables à l’installation de panneaux photovoltaïques sur leur propre toit. C’est l’un des grands constats qui ressort du baromètre réalisé par OpinionWay pour Solairedirect, opérateur d’électricité dédié à l’énergie solaire. Ils sont également 90 % à considérer la production d’électricité solaire comme une solution d’avenir pour la France : avec 69 % de personnes plaidant en premier lieu pour le développement du photovoltaïque, suivi de près par le solaire thermique (62 %).
Pour Thierry Lepercq, président de Solairedirect, ces résultats sont significatifs : « Habituellement, dans les sondages, lorsqu’il s’agit de changer quelque chose, la réponse est « oui chez les autres mais pas pour moi ». Là, pour une fois, les Français sont prêts à passer à l’action ! » C’est aussi l’avis de Stéphane Maureau, PDG et fondateur d’Evasol, installateur de panneaux solaires. Quel que soit le baromètre observé (Ademe, Solairedirect ou en interne) il constate également « une disponibilité à agir« . Et pas des moindres puisqu’en France, plus de 10 millions de toits peuvent être équipés de panneaux solaires, selon le PDG.

Reste que ce secteur n’est pas encore tout à fait structuré. Si de nombreuses entreprises de photovoltaïque émergent et que « le premier réflexe c’est de se réjouir, explique Stéphane Maureau, certaines réalisent, sciemment ou non, un travail déplorable qui risque d’entacher la crédibilité de toute la filière« , regrette-t-il. Dans ce domaine, les professionnels spécialisés dans le photovoltaïque craignent plus la qualité des concurrents que les concurrents eux-mêmes. Un constat apparemment partagé par les Français qui explique en partie leur prudence à passer à l’acte. Pour réaliser une installation, la moitié d’entre eux irait voir spontanément un spécialiste des panneaux photovoltaïques plutôt qu’un artisan proche de leur domicile.

Les « Darty du solaire »

Si les Français se disent prêts à agir, il reste encore plusieurs freins, dont le principal n’est autre que la confiance accordée aux professionnels. « Il y a deux ans, il y avait besoin d’évangéliser pour prouver que l’énergie solaire avait des atouts, constate Stéphane Maureau d’Evasol. Aujourd’hui, les gens sont convaincus des atouts mais ils sont inquiets de l’installation« . Pour Thierry Lepercq de Solairedirect, il faut créer « des « Darty » du solaire, avec des acteurs spécialisés, qui apportent un service de qualité et un certain niveau de confiance« .
Au sein de son entreprise, Thierry Lepercq a ainsi établi un contrat « tranquillité performance » en accompagnant les particuliers avec un service de maintenance et d’assurance. Son but : faire en sorte que ses promesses soient tenues en garantissant un niveau de revenu.

De même, chez Evasol, les prévisions de rendement communiquées aux particuliers sont toujours sous-évaluées pour éviter toute insatisfaction des clients.
Bien plus, chez cet opérateur, les installations sont vérifiées systématiquement par le Consuel (comité national pour la sécurité des usagers de l’électricité). Non par obligation mais par choix, pour garantir plus de fiabilité à ses clients. L’entreprise en retire rapidement les bénéfices : « 60 % de nouveaux clients le sont par recommandation« .
Mais la confiance ne fait pas tout. D’autres difficultés freinent le développement du photovoltaïque, d’ordre technique ou administratif.

Les démarches administratives rebutent également bon nombre de candidats. C’est pour cela qu’Evasol a décidé d’intégrer cette lourde étape au sein de son entreprise, avec des salariés employés pour effectuer les démarches nécessaires à la place des particuliers.

Un investissement financier rentable

Pourtant, malgré ces réticences, les professionnels du secteur considèrent la période propice pour s’investir dans le solaire, notamment du fait des aides de l’État qui rendent cet investissement « attractif et très rentable« .
Ils envisagent même une généralisation du photovoltaïque rapidement : « Il y a une forte demande et le système de soutien financier à la filière est efficace« , se réjouit Stéphane Maureau. En parallèle, les professionnels anticipent la disparition de ce soutien. La filière a déjà amorcé le mouvement, en diminuant les prix l’année dernière de 5 à 10 %. Cette baisse devrait se poursuivre progressivement, pour finalement devenir rentable sans le crédit d’impôt actuel. Dans ces projections, figure aussi l’inexorable hausse des prix des autres énergies. Selon le PDG d’Evasol, « l’écart qu’il peut y avoir actuellement va très vite se compenser« .
Le secteur devrait donc se développer naturellement. « Mais il ne faut pas aller trop vite sinon la filière risque de perdre en qualité, et pas trop lentement non plus, pour ne pas fragiliser le secteur en ne dépendant que des aides« .

De son côté, Thierry Lepercq estime que les Pouvoirs publics n’en font pas assez. « Ils sont généreux en aides mais pas en visibilité« . D’ailleurs les Français le ressentent : ils sont 63 % à attendre des efforts supplémentaires du Gouvernement pour promouvoir le développement de la production d’électricité solaire. Le président de Solairedirect entend donc fixer un cap national pour structurer la filière (assurer la qualité et baisser les prix), pour redonner confiance aux consommateurs et parvenir, voire même dépasser, les objectifs du Grenelle qui visent les 5 GW de production d’énergies renouvelables d’ici 2020. « Nous devrions faire en 10 ans ce que l’Allemagne fait en une année… La France peut faire mieux que cela !« 

Lien pour marque-pages : Permaliens.