La cuisine, corvée pour les uns, passe-temps pour les autres voire passion pour les plus accrocs, est l’un des espaces habitables où l’on passe le plus de temps. Depuis quelques décennies, les appareils électroménagers se multiplient pour faciliter les préparations de repas. Des plus petits au plus gros, chacun s’équipe en fonction de ses besoins avec du matériel plus ou moins sophistiqué. Aujourd’hui, Nostrodomus vous propose un zoom sur l’un d’entre eux : le four vapeur.

Qu’est ce qu’un four vapeur ?

Le principe du four vapeur consiste à équiper le four d’une cavité remplie d’eau et d’un élément chauffant qui permet à celle-ci de s’évaporer et de saturer l’habitacle du four en vapeur, cuisant ainsi les aliments. L’élément chauffant peut être placé directement dans l’enceinte du four ou bien à l’extérieur, c’est-à-dire dans un compartiment différent de l’endroit où vous ferez chauffer vos aliments. La vapeur est alors envoyé dans l’habitacle afin de cuire les aliments. Il existe différents types de four vapeur : les fours à haute pression (qui peuvent chauffer jusqu’à 120°C), les fours à basse pression (qui ne montent que jusqu’à 100°C) et les fours combinés (fours ordinaires munis d’une option vapeur).

Quels sont les avantages du four vapeur ?

Tout comme la cocotte-minute ou le cuit-vapeur, le four vapeur permet de conserver la qualité nutritive des aliments sans en altérer les qualités gustatives (comme dans le cas d’une cuisson à l’eau où les aliments ramollissent par exemple). Meilleur atout des amateurs de cuisine diététique, la cuisson à la vapeur permet également d’éviter l’ajout de matière grasse sans risque que les aliments attachent. Certains modèles offrent des fonctions particulièrement attractives comme par exemple la fonction « étuve », qui permet de faire du pain ou encore la fonction « stérilisation ». Son entretien est également plus simple (dans le cas d’un four 100% vapeur et non d’un appareil combiné) : les plats compatibles avec les fours vapeurs comportent un compartiment permettant de récupérer le jus des aliments. De cette façon, la matière grasse d’une viande par exemple n’est pas projetée contre les parois comme cela peut être le cas dans le cadre d’une cuisson à chaleur tournante. Le nettoyage du four se résume donc à bien sécher les parois et ce, après chaque utilisation.

Quels sont les inconvénients du four vapeur ?

Le premier obstacle à l’acquisition d’un four vapeur est le prix qui varie entre 1000 et 4000 euros. Avant d’investir, il faut donc se pencher sérieusement sur les comparatifs (lisibilité de la barre d’action, qualité de l’équipement, type de four recherché et pour quelle utilisation, etc.).
Le four à haute pression nécessite une arrivée d’eau et son fonctionnement, proche de celui d’une cocotte-minute ne permet pas l’ouverture de la porte pendant la cuisson. La condensation formée par la vapeur sur la vitre ne permet pas de contrôler visuellement la cuisson des aliments. Cela ne pose pas de problème avec un four vapeur à basse pression mais c’est en revanche plus compliqué avec un four à haute pression.
L’entretien est aussi plus contraignant qu’un four ordinaire : même si celui-ci est plus facile qu’un four à chaleur tournante, les parois du four doivent être essuyées après chaque utilisation et le réservoir ainsi que l’éventuel récupérateur d’eau doivent être vidés pour éviter l’eau stagnante.