Peinture murale : des prix en pagaille

Peinture murale : des prix en pagaille

Nostrodomus s’est plongé dans les prospectus pour faire un point sur le prix de la peinture murale en France… Premier constat : des tarifs plus que disparates, qui peuvent désorienter bon nombre de consommateurs.

Le bon prix de la peinture ? Dur dur de se faire une idée précise sur le sujet, même avec une source d’information aussi riche que celle récupérée par Nostrodomus. Pour traiter cette question, notre rédaction a décortiqué l’inventaire de tous les prospectus distribués en France sur les douze derniers mois, fourni par la société A3 Distrib (cf. encadré méthodologie)… Résultat : plus de 1 600 promotions de peintures – d’intérieur – enregistrées et analysées, pour aboutir à un prix moyen au litre de 7 €. Une moyenne qui cache des écarts aussi gigantesques que surprenants. Pour preuve : aux deux extrêmes de ce relevé, on trouve une peinture acrylique de marque (Dulux Valentine en l’occurrence) pas bradée du tout à plus de 20 €/L et un premier prix chez Auchan à… 33 centimes le litre ! Certes, les deux produits n’ont à coup sûr pas la même qualité (du moins peut-on l’espérer), mais comment peut-on expliquer raisonnablement de tels écarts concernant un « matériau » comme de la peinture ?

Parmi les motifs évidents de variations des prix, on trouve le format. Tout à fait logique, en effet, que l’achat d’un bidon de 5 ou 10 L entraîne une « ristourne » par rapport au standard 2.5 L. Et en la matière, cette dégressivité des tarifs en fonction des volumes et loin d’être anodine : sur l’ensemble des références analysées, le prix au litre baisse quasi de moitié lorsque l’on passe de 2.5 L à 10 L ! Un constat à tempérer quelque peu par la prédominance des premiers prix sur les gros formats, accroissant un peu artificiellement les écarts. Quoiqu’il en soit, bien évaluer ses besoins avant tout achat de peinture s’avère un réflexe « payant » pour qui veut raisonner ses dépenses !

Autre facteur compréhensible de cette fluctuation des prix : les différences de « types » de peinture. Avec une première distinction entre peintures acryliques et glycéro. Cependant, hormis pour les peintures spéciales plafond (avec 15 % des promos en glycero), la présence de ces dernières se trouve réduite à la portion congrue : les « glycéro » ne pèsent que 6 % des promotions peintures en prospectus, avec un écart d’à peine 10 centimes du litre sur le prix moyen !

Etude prix : source et méthodologie

Nostrodomus a basé son analyse sur un inventaire de toutes les promotions concernant la peinture d’intérieur et publiées sur prospectus, fourni par la société A3 Distrib, spécialiste de l’analyse de prospectus en France. Cet inventaire concerne toutes les enseignes de distribution, qu’elle soient spécialisées bricolage ou non, tous les types de prospectus (portée locale, régionale ou nationale), sur la période allant d’octobre 2007 à septembre 2008.

L’ensemble des peintures faisant l’objet de promotions a été réparti dans cinq catégories distinctes : peintures plafond, peintures mur/plafond monocouche, peintures mur/plafond bicouche, peintures chambre/séjour et peintures cuisine/salle de bains.

Pourquoi analyser les prospectus ? Car c’était le seul moyen pour Nostrodomus d’analyser objectivement les tarifs de la peinture sur un plan national, sur un maximum d’enseignes de distribution, et sur une période d’un an. Seul éventuel « travers » de ce type d’étude, notamment par rapport à des relevés directs en points de vente et qu’il est bon de garder à l’esprit à la lecture de cet article : l’analyse est faite sur les articles que les enseignes ont choisi de mettre en avant dans leurs prospectus (pas forcément fidèle à toute leur offre en rayon). En découle une surreprésentation des articles « promo » et notamment des premiers prix.

En revanche, on peut noter des écarts bien plus significatifs en considérant les différents usages ou spécificités techniques des peintures murales… les peintures mur/plafond bicouche affichent ainsi un prix moyen de 4,36 €/L contre 11,26 €/L pour les peintures arborant l’appellation « chambre/séjour ». Assurément l’une des clés pour comprendre la formidable variabilité des tarifs de la peinture, mais certainement pas la seule…

Ne restent donc que les notions purement marketing et liées à la distribution pour finir d’expliquer le phénomène. Avec en premier lieu la forte divergence de tarification entre les grandes marques de peinture, les marques de distributeurs et les premiers prix… En effet, si les marques de distributeurs jouent « classiquement » leur rôle d’alternative aux marques, avec un tarif en moyenne 20 % moins cher, c’est avec les peintures premier prix que le fossé se creuse démesurément. Ces dernières références affichent ainsi en moyenne un prix au litre six fois moindre que celui des marques ! Alors les grandes marques s’affichent-elles trop cher ou les premiers prix cassent-ils trop fort le marché au mépris d’une qualité même minimum ? Difficile de trancher sur la base des promotions sur prospectus et sans entamer tout une batterie de tests de mise en œuvre… Quoiqu’il en soit, une analyse plus poussée des prospectus amène encore quelques informations complémentaires sur ce point.

Premier enseignement : sur un ensemble de promotions aux tarifs très variés, les grandes marques affichent a contrario des tarifications très stables (cf. graphe). Pour exemple la peinture « séjour/salon » de Dulux Valentine est affichée 20 fois à 28,90 € le bidon de 2,5 L sur un total de 38 apparitions ! Apparemment les enseignes de distribution ne se livrent pas à une guerre des prix trop acharnée sur les grandes marques de peinture… Et pour corser le tout, il s’avère bien difficile de comparer les enseignes entre elles tant elles semblent s’ingénier à présenter une offre différente (au niveau des marques notamment), donc difficilement comparable. Seules les enseignes d’hypermarchés/supermarchés adoptent une stratégie facilement reconnaissable, en présentant une offre presque exclusivement orientée « premier prix ». D’ailleurs ce sont Super U, Auchan et Hyper U qui tiennent les trois premières places des enseignes les moins chères sur la peinture. Un résultat pour le moins déconcertant, qui confirme encore le manque de visibilité du marché de la peinture… Et si, tout bêtement, il manquait au consommateur désireux d’acheter de la peinture les points de repère réellement objectifs, constatables en magasin ou sur les pots, lui permettant d’estimer la qualité du produit et donc de son – juste – prix ?

Peintures murales et prospectus : les détails de l’analyse

Nombre de promotions et prix moyen au litre. Format 2,5 L

Enseigne Total promos Prix moyen/L
Castorama 104 11,73
Brico Dépôt 85 7,15
Bricomarché 81 7,91
Bricorama 77 9,12
Bricoman 75 8,17
Batkor 60 9,10
Mr Bricolage 45 9,23
Brico Leclerc 44 7,45
Les Briconautes 33 8,87
Catena 28 5,59
Leroy Merlin 25 9,37
Weldom 23 9,17
E. Leclerc 18 5,73
Super Catena 13 5,59
Carrefour 10 6,86
Auchan 6 2,92
Cora 5 7,22
Espace Emeraude 5 7,48
Gamm Vert 5 9,71
Record 5 7,22
Tout Faire Matériaux 5 7,54
Hyper U 4 5,39
Gédimat 3 6,87
BHV 2 12,16
Bigmat 2 8,56
Géant Casino 2 9,40
Super U 2 1,81
Magasins Vert 1 6,63
Point Vert 1 6,63
TOTAL 769 7,61
Lien pour marque-pages : Permaliens.