Mobalpa fait peau neuve

Mobalpa fait peau neuve

Plus de transparence, de services et au final de tranquillité pour le consommateur : c’est l’objectif de la nouvelle stratégie du cuisiniste Mobalpa. La gamme a aussi été largement renouvelée, avec des innovations exclusives, telles les façades à sensation.

Un vent de nouveauté a soufflé sur la collection Mobalpa . « 142 façades sont nouvelles sur 231 au total ! », précise Bruno Rousseau, chef de produit cuisine. Couleurs, styles, matériaux : il doit y en avoir pour tous les goûts. Côté inspirations, la collection 2009 se décline autour de quatre thèmes principaux. Au croisement de la modernité et du naturel, les modèles « graphiques » sont gais, colorés et jouent sur leur rigueur géométrique. On y retrouve les modèles Gaia, Niobe, Cyana, etc. Ceux-ci sont particulièrement adaptés aux cuisines ouvertes sur le séjour. Un cas de figure que l’on retrouve aujourd’hui dans un tiers des projets. Le style « voyage » est tout aussi moderne, mais joue la carte ethnique. Les coloris sont orientaux : violine, parme, zébrano, palissandre, vert goyave, etc. (modèle Delia par exemple). Dans un autre registre, la thématique poésie se traduit par de la douceur, des tons laiteux, des finitions cérusées et un style néoclassique. Cette tendance s’illustre avec les modèles Perrine ou Pavola. Enfin, la nature est en vogue. Elle se traduit par exemple par l’authenticité du bois (modèles Luna ou Kiffa). « Mobalpa a eu une réflexion importante sur le bois, qui représente toujours 20 % des ventes », indique Bruno Rousseau, chef de produit cuisine. Si le style rustique, version « chapeau de gendarme » n’a plus vraiment la cote, les consommateurs apprécient toujours le matériau, décliné sous une forme contemporaine ou classique. Exemple type : le modèle Callisto, qui allie bois et ligne ultra-moderne.

Cette année, Mobalpa a tout particulièrement travaillé sur les matières et la brillance. Le concept de façades « à sensation » Imotiv® reproduit les sensations procurées par le bois ou le verre. Les façades en acrylique du modèle Cyane donnent un reflet très brillant, proche du verre. Cerise sur le gâteau : le chant est étagé pour imiter l’épaisseur du verre. Pour les adeptes du style boisé, la gamme Luna offre de nouvelles façades en mélaminé structuré : palissandre, zebrano, merisier naturel, chêne chamonix ou chêne anthracite. Au toucher, on retrouve le veinage du bois pour plus de chaleur et de sensualité. La gamme Asia utilise le même principe, avec des façades en stratifié cette fois. Avantage dans tous les cas : le coût est réduit par rapport au matériau de référence. Autre « plus produit » de cette année 2009 : des rangements ingénieux « iPractis® ». Ce système permet d’aménager de façon modulable les tiroirs, la crédence et l’arrière du plan de travail (duplex). Plusieurs accessoires sont proposés : porte-ustensiles, ramequins à épices, salières, poivrières, etc. Il suffit ensuite de les déplacer à volonté d’un espace à l’autre. Un système exclusif pas franchement « donné » mais qui permet à l’enseigne de se différencier de ses concurrents.

Rendre l’achat d’une cuisine moins anxiogène

Plus globalement, Mobalpa a retravaillé son positionnement autour d’une nouvelle promesse : « avec Mobalpa, on mène son projet l’esprit libéré ». « L’achat d’une cuisine est anxiogène : le client a peur de se faire « arnaquer », de se tromper ou d’être mal conseillé », relève Philippe Croset, directeur de l’enseigne Mobalpa. Or, ce que le client recherche, c’est au contraire la transparence et une relation de confiance avec son cuisiniste. Autre constat : les consommateurs sont mieux informés qu’avant par internet ou les prospectus promotionnels, donc aussi plus volatils. Ils n’hésitent plus à acheter leur cuisine dans les grandes surfaces de bricolage ou des enseignes comme Ikea. Enfin, le marché de la cuisine aménagée se segmente de plus en plus, en fonction du budget et de niveau de personnalisation souhaitée.

Dans ce contexte, Mobalpa vient de clarifier son positionnement, plus que jamais cœur de marché. Principal point fort de la marque : sa notoriété. C’est la première motivation des clients qui franchissent le pas d’un magasin de l’enseigne. Mobalpa est aujourd’hui l’une des deux marques de cuisines les plus connues en France. En moyenne un client Mobalpa débourse 8 000 € pour une cuisine. « Nous n’irons pas au prix, précise Philippe Croset. L’idée est plutôt de créer de la valeur ajoutée ». Cette stratégie se traduit par différents axes. Les exclusivités produits comme les façades à sensation ou des rangements ingénieux (imotiv et iPractis) permettent de se différencier de la concurrence. Du conseil sur mesure et une politique commerciale qui se veut plus transparente aident le client à trouver le projet qui lui convient vraiment. « Comme notre vocation n’est pas de proposer des solutions-type, nos catalogues mentionnent désormais le prix de l’implantation réellement proposée sur la photo et non plus celle d’une implantation-type », explique Aurélie Demeure, directrice de la communication. La politique de prix public indicatif se veut plus compréhensible et claire pour le client. Le nouveau slogan publicitaire se veut un résumé : « Respirez, vous êtes chez Mobalpa ».

Groupe Fournier : du 1er prix au haut de gamme

Si votre budget est plus serré ou au contraire, que vous souhaitez vous faire plaisir, le groupe Fournier (qui détient la marque Mobalpa) possède deux autres enseignes : SoCoo’c (1er prix) et Perene (haut de gamme). « A une cible client correspond un concept, plus ou moins personnalisé », indique Laurent Marguerettaz, directeur commercial réseaux. Lancée il y a un an et demi, SoCoo’c propose des meubles montés en usine, mais particulièrement économiques (4 200 € de budget moyen). 11 magasins sont d’ores et déjà ouverts. L’objectif est de 25 d’ici fin 2009. Ciblant une toute autre clientèle, Perene vise un budget moyen de 12 000 €. Le redéploiement de l’enseigne début 2008 a permis de nouvelles adhésions et la rénovation de 90 magasins. A fin 2009, 175 magasins devraient être opérationnels.

Aussi des salles de bains et des rangements

Quant à l’enseigne phare, Mobalpa, elle vise plus loin que la cuisine. « L’objectif est de devenir la marque de référence de l’aménagement sur mesure des pièces à vivre de l’habitat », indique Philippe Croset. L’offre de salles de bains est ainsi en plein essor. Les aménagements de dressing sont aussi au programme. Une stratégie qui paye déjà : Mobalpa se classe en 3ème place sur ces deux marchés en termes de notoriété. En chiffre d’affaires, la progression est également remarquable : + 22,5 % pour l’activité rangements, + 4,5 % pour les salles de bain, là où les cuisines ont enregistré une croissance de « seulement » 0,5 % en 2008.

Plus de transparence, de services et au final de tranquillité pour le consommateur : c’est l’objectif de la nouvelle stratégie du cuisiniste Mobalpa. La gamme a aussi été largement renouvelée, avec des innovations exclusives, telles les façades à sensation.

Lien pour marque-pages : Permaliens.