Les Nouals : une maison “total écolo”

Les Nouals : une maison “total écolo”

Nostrodomus est allé rencontrer Boris et Jenny sur le chantier de leur maison aux Nouals, dans le Tarn-et-Garonne. Propulsés « autoconstructeurs » un peu par la force des choses, ils mettent la dernière main à une maison écologique à plus d’un titre. La bâtisse est en effet un vrai concentré de bonnes pratiques en matière environnementale.

Bioclimatique, ossature bois, chaux-chanvre, poêle de masse, terre crue, récupération des eaux pluviales, chauffe-eau solaire, toilettes sèches, phytoépuration… Ouf ! Boris Prat et sa petite famille n’auront fait l’impasse sur aucun sujet pour rendre la maison qu’ils construisent à une trentaine de kilomètres de Montauban (dans un hameau baptisé les Nouals) la plus écologique possible. Avec trois grands principes, quasiment érigés en dogmes tout au long du chantier : construire “efficace” (une maison la moins énergivore possible), “sain” (pour un environnement intérieur dépourvu de substances nocives)et “non polluant” (pour un impact minimal sur l’écosystème). Un contrat de départ pas si évident à tenir. D’ailleurs, les Prat n’ont pas réussi à trouver dans la région un architecte capable de satisfaire leurs exigences – tout au moins dans le budget fixé. Les voila alors embarqués, à partir d’avril 2007, dans la grande aventure de l’autoconstruction… Non sans une solide préparation préalable : “Plus de deux ans de recherches sur le web, une semaine de stage à l’Ecocentre du Périgord et des participations à plusieurs chantiers,” énumère Boris.

Couper les ponts (thermiques)

Au final, le trentenaire, animateur emploi dans une association “dans le civil”, a amassé une somme de connaissances et d’expériences impressionnante sur la construction écologique. Plus important encore : on sent rapidement qu’il a su en faire la synthèse, pour pouvoir tirer le meilleur de chaque technique, voire parfois innover de-ci de-là ou apporter sa touche personnelle.

es exemples ne manquent pas : la couche de terre entre le plafond et le plancher pour isoler l’étage du bruit mais pas de la chaleur, le mur transversal en briques de terre crue jouant le rôle de grand radiateur et de régulateur hygrométrique… Ou encore l’isolation intermédiaire des murs en pierre avec un mélange chaux/chanvre pour casser tout pont thermique avec l’extérieur (voir le diaporama). “Il existe quelques grands principes – physiques notamment NDLR – qu’il faut avoir en tête,” explique Boris. “Comme le fait que le premier et le meilleur investissement à faire en matière de chauffage, c’est l’isolation”. Et sur ce point là, les Prat ont mis le paquet, en traquant la moindre déperdition de chaleur potentielle.

Terre, chaux et chanvre omniprésents

Boris s’est aussi beaucoup “amusé” avec la chaux, le chanvre et la terre qui constituent les murs et presque toutes les cloisons de sa maison. En variant les dosages, ou les traitements de surface (enduit, peinture ou même ponçage), il se réjouit d’obtenir une palette d’aspects, de couleurs et de texture aussi variée. Du même acabit : après avoir récupéré un lot de brique de terre crue pour son mur au rez-de-chaussée, l’autoconstructeur s’est mis en tête d’en fabriquer lui-même. De la même manière, certaines pièces arboreront un sol en… terre battue ! “C’est tout simple : de la terre damée, avec sur les derniers centimètres, un traitement à l’huile dure,” explique Boris.

Moins de 1000 €/m² pour du haut de gamme

L’emménagement de la famille Prat dans sa maison écolo des “Nouals” (le nom du hameau) est prévu pour la fin de ce mois… . Même s’il reste à coup sur encore quelques mois de travail pour entièrement finaliser la bâtisse. A l’heure des premiers bilans, Boris a déjà fait ses calculs et annonce un coût inférieur à 1 000 €/m² habitable. “Une performance honorable pour du haut de gamme, avec boiseries chêne, tomettes, etc.” D’après ses recherches, ce haut de gamme s’affiche sur le marché à près de 1 300 €/m², et même 1 900 €/m² pour la version ossature bois. Evidemment, le calcul ne prend pas en compte le temps passé sur le chantier par la petite famille… Mais, peut-on vraiment comptabiliser “froidement” un investissement humain de cette nature, aussi teinté de convictions et au final source de tant de fierté ?

 

Pour marque-pages : Permaliens.