Les artistes Lorrains dans l’ombre d’Émile Gallé

Les artistes Lorrains dans l’ombre d’Émile Gallé

Au sein de la verrerie d’Art, la Lorraine fait figure de légende, d’exception, d’exclusif. C’est ici que le savoir-faire de nos verriers s’est enraciné depuis le XVe siècle. Il faudra attendre la fin du XIXe siècle pour voir l’émergence de véritables chefs-d’oeuvre de verre. L’avénement du renouvellement des arts décoratifs avec l’émergence de l’Art nouveau, va pleinement profiter à la verrerie d’Art Lorraine.

Émile Gallé, fondateur de l’École de Nancy :

Émile Gallé, le fondateur de l’École de Nancy, est reconnu unanimement comme l’un des instigateurs du vaste mouvement international de renouveau des arts décoratifs au cours des vingt dernières années du XIXe siècle qui devait donner naissance à l’Art nouveau. Gallé n’est pas seulement un maître verrier hors pair, il a également vécu intensément les problèmes de son époque, s’imposant comme un citoyen du monde, défendant ses idées et convictions.

Son œuvre de verre est collaborative, collective. Beaucoup pensent que la production d’Émile Gallé vient de Nancy. La vérité est quelque peu différente, son père avait noué des relations commerciales avec la verrerie de Meisenthal, à 100 kilomètres de Nancy.

C’est ici que sera exécuté les verres blancs, ainsi qu’une grande partie des décors aux émaux. Les très bonnes relations qu’entretien Charles Gallé avec le directeur de la manufacture conduit à developper la production. Émile Gallé va très vite repérer le talent d’une jeune artiste émailleur, Désiré Christian, qui deviendra l’un des plus talentueux de sa génération.

La conception des décors sont réalisés à Nancy, sous la direction d’un autre artiste dessinateur, Louis Hestaux. Cet optant, qui a migré à Nancy suite à l’annexion de l’Alsace-Lorraine, est embauché dans les ateliers Gallé dès 1867.

En 1894, Gallé termine la construction de sa première verrerie à Nancy. C’est le début de la marqueterie sur verre un assemblage à chaud de divers éléments de verre préalablement décorés. Les décors seront ensuite dégagés à la roue et au touret. Par la suite, le décor à l’acide facilitera la production, la rendra plus accessible, mais sera également moins prestigieuse.

Émile avait un idéal social, celui d’un Art pour tous, un idéal symbolique de l’Art nouveau nancéien. La production en série, étape incontournable, permis de réaliser ce vœux cher aux artistes Lorrains.

Les vases d’Émile Gallé s’échangent aujourd’hui à prix d’or !

Qu’en est-il en salle des ventes ? Il est important de différencier deux types de production, l’une se série, l’autre, bien plus exclusive, comme la marqueterie sur verre.

Émile Gallé succombe au suite d’une leucémie. La production Gallé sera reconduite par sa femme. Bien entendu, les œuvres posthumes à sa mort ont bien moins de valeur. Il est également important de différencier le terme de marque de celui de signature. La marque se définit par la production d’oeuvre posthume à Gallé.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la verrerie d’Art Lorraine, je vous invite à découvrir des artistes comme les frères Muller de Lunéville ou encore les frères Daum de Nancy.

Pour marque-pages : Permaliens.