La loft story de notreloft.com

La loft story de notreloft.com

Blog puis site, notreloft.com est né de l’envie d’un couple de raconter son projet immobilier. Depuis, c’est devenu la référence web pour tout savoir sur les lofts. Un espace d’info, de découverte, d’échange et de partage tenu avec passion.

Il y a deux ans, François-Régis Briois et sa compagne Magaly Pillot cherchent à acquérir un bien immobilier du côté de Lille. La région a un passé industriel important et les filatures se reconvertissent massivement en lofts. L’idée séduit le jeune couple. « On apprécie beaucoup le côté urbain et industriel des lofts », précise François-Régis. Ils réservent sur un programme en cours… et, dans la foulée, créent un blog pour raconter leur aventure ! Depuis notreloft.com est devenu un site internet complet, avec un forum, des dossiers, des reportages photos et des annonces (location et vente). En bonus : un inventaire des livres de référence, un service de devis en ligne et une revue de presse. « Notre objectif, c’est d’apporter un maximum de contenu dans le domaine et de créer un espace de partage et d’échange », explique François-Régis Briois.

Un habitat pas forcément réservé aux gros budgets

Le site gomme ainsi quelques idées reçues. « Quand on parle loft, les gens associent tout de suite la notion de gros budget et de bien d’exception, alors qu’il y a vraiment de tout »,note François-Régis Briois. Tout d’abord les lofts individuels, dont l’aménagement nécessite en général des travaux lourds : toiture, menuiserie, etc. C’est généralement ceux-là qui sont mis en avant dans les médias. Budgets serrés s’abstenir ! Mais il existe aussi des programmes de lofts gérés par des promoteurs. Une usine est alors divisée en plusieurs « plateaux » d’environ 100 m². Plus accessible, le produit peut être livré viabilisé, c’est-à-dire pourvu d’arrivée des fluides (eau, gaz, électricité) ainsi que des évacuations des eaux usées. Mais des travaux restent à prévoir (électricité, plomberie, etc.). « Dans la région lilloise, les prix démarrent à 120 000 euros pour un tel produit, auquel il faut rajouter 500 €/m² pour les travaux », précise François-Régis Briois. Au final, à partir de 200 000 euros, on peut envisager un loft prêt à habiter. Outre le Nord, la région parisienne est également fertile en lofts. Les quartiers de la capitale artisanaux ou industriels ont été les premiers investis, dès les années 80 : 17e, 18e, 19arrondissements, quartiers de la Bastille et du Sentier. Des villes périphériques ont suivi le mouvement, notamment Ivry-sur-Seine, Montreuil, Bagnolet ou Pantin.

Existe-t-il un profil-type de l’amateur de loft ? « Pas vraiment. Ce sont néanmoins plutôt des jeunes, qui recherchent un bien atypique avec des volumes intéressants », estime François-Régis Briois. Du côté de Lille, le loft est ainsi une solution d’habitat alternative à la maison traditionnelle de 4,50 m de large…

« Au début, le blog nous a pris beaucoup de temps, raconte François-Régis Briois. Il fallait écrire les articles, développer les modules, modérer les forums, etc. Actuellement, tenir le site nous demande environ 10 heures par semaine », explique François-Régis Briois. Ce dernier bénéficie d’un atout de taille : le web est son milieu professionnel. Il a pu gérer de A à Z le développement et le référencement. La récompense ? Le visitorat du site augmente constamment. Notreloft a aussi permis aux auteurs de rencontrer de nombreuses personnes qui partagent le même centre d’intérêt. François-Régis Briois de conclure : « Notreloft, c’est avant tout une passion ! ».

Loft : vocabulaire et définition

Loft : logement constitué d’espaces entières ouverts, réalisé à partir d’un ancien local professionnel (usine, entrepôt, atelier, garage, hangar, etc.).

Plateau : désignation d’une surface brute sans aménagement, que l’on retrouve souvent dans les annonces de lofts. Il peut être vendu brut (sans arrivée des fluides : eau, électricité, gaz) ou viabilisé. Dans ce dernier cas, le changement de destination a déjà été effectué par le promoteur, ce qui évite à l’acheteur des soucis administratifs.

Shed (toiture à redents en français) : toiture en dents de scie, couverture traditionnelle des usines. Un versant est vitré, côté nord, pour éclairer sans toutefois surchauffer les ateliers avec le soleil. Dans les lofts, les sheds sont conservés pour maximiser la lumière zénithale.

Lien pour marque-pages : Permaliens.