Actualités

Diagnostic électrique obligatoire : 2/3 des installations non sécurisées

Le avril 5, 2019

Le diagnostic électrique obligatoire (DEO) en vigueur depuis le 1er janvier 2009 fait l’objet d’un premier bilan, dans une étude TNS-Sofres1 réalisée pour Promotelec. Sur les 6000 DEO analysés en 2009, il en résulte que les deux tiers contiennent des points d’insécurité. Près des trois quarts présentaient même des installations avec au moins trois anomalies.

Avec un taux de 79 %, l’installation de mise à la terre fait le plus défaut. Les matériaux vétustes, inadaptés à l’usage ou présentant des risques de contacts directs ne sont pas loin derrière puisqu’ils représentent 74 % des cas. Enfin, troisième point le moins satisfaisant, les locaux contenant une baignoire ou une douche (65 %).

Une fois le rapport effectué, il est remis au propriétaire par le diagnostiqueur qui doit lui signaler les anomalies relevées et l’informer des risques électriques encourus en cas d’utilisation de l’installation en l’état.

Au final, seul le propriétaire décide de faire (ou pas) réaliser les travaux nécessaires à la mise en sécurité du bien qu’il souhaite vendre. En, effet il n’y a pas d’obligation de réaliser des travaux.

À noter toutefois, dans 96 % des logements concernés, les travaux de mise en sécurité sont réalisés. Par ailleurs, ce diagnostic a permis dans un cas sur deux de négocier le prix de vente du logement en fonction du montant des travaux à réaliser.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.