Deux opposés dans la mode décorative

Deux opposés dans la mode décorative

Iconoclash : la déco subversive et positive

Une bonne dose de liberté, une pointe d’humour et une louche de provoc’ : tel pourrait être le cocktail concocté par le « tendanceur » Vincent Grégoire de l’agence NellyRodi pour le salon Maison & Objet. Un mélange des styles qui revisite les codes connus.

Murs tagués, icônes bousculées, objets détournés : Vincent Grégoire a imaginé pour le salon Maison & Objet de janvier 2009 un univers de « subversion positive [qui] chahute les codes établis avec humour et élégance ».

Le chasseur de tendances, qui travaille pour l’agence de style Nelly Rodi, a choisi de mélanger les époques et les styles sur un mode ludique. Son « espace d’influences » 2009/2010 fusionne l’archaïque et la technique, le naturel et l’artificiel, le proche et le lointain, l’urbain et le rustique. En arrière-plan, une volonté : « remettre en question la tradition et le patrimoine pour donner de la valeur à ce qui n’en a pas et remettre à sa place ce qui en a trop ».

Valeurs-refuge : le « classique déglingué »

Sophistiqué, un brin excentrique, l’univers « Valeurs-refuge » de François Bernard imaginé pour Maison & Objet 2009 raccommode « le charme déglingué du connu ». Au programme : style anglo-français, plutôt masculin.

Pour le salon Maison & Objet fin janvier 2009, François Bernard, le directeur de l’agence Croisements, a voulu nous réconforter en revisitant les classiques. En résulte un univers masculin, plus sombre que ceux mis en scène par Vincent Grégoire ou Elisabeth Leriche. Sur le thème « valeurs-refuge », François Bernard mixe les styles anglais et français dans leur côté le plus chic.

Sophistiqué, un poil excentrique, cet univers met en avant l’intime, le confort et l’élégance du fait main pour les dandys actuels. « Pour nous réconforter dans un monde d’incertitudes, la maison revoit ses classiques et raccommode le charme déglingué du connu », explique le concepteur. Le décor nous raconte des histoires et on remet les pendules à l’heure du beau.

Lien pour marque-pages : Permaliens.