Un studio vétuste de 30 m² transformé en mini-loft

Reportage
  • rédigé par Florence Gabulon

  • publié le 22 juin 2011 dernière modification depuis plus de 6 ans Vue 20352 fois
Conséquences des prix prohibitifs du m² parisien, les surfaces s'amenuisent et les états de lieux ne sont pas toujours réjouissants. Le designer Carlos Pujol nous fait la démonstration que l'on peut transformer un 30m² vétuste en un mini-loft branché. La preuve en images.

Rénovation mini-loftimage Rénovation mini-loft

Aperçu de l'entrée, de la kitchenette et du couloir d'origine

© DR

L’appartement à rénover est un studio ancien de 30m² situé rue des Tournelles, dans le quatrième arrondissement de Paris. Lors de sa première visite, le designer constate que l’ensemble est fort mal agencé.

Un couloir partant de la gauche de l’entrée, à l’emplacement de la cuisine actuelle, divise l’espace en quatre petites pièces exiguës. La salle de bains (environ 5-6 m²) et la kitchenette (entre 2 et 3 m²) sont sous-dimensionnées. La chambre et le salon mesurent chacun dans les 7 m².

un « mini-loft » de 30 m²

rénovation mini-loftimage rénovation mini-loft

Détails du pavage lumineux au sol et du mur porteur

© DR

Après concertation avec la propriétaire, le désigner décide de réaménager l’appartement pour en faire un « mini-loft ». Si le mot peut surprendre, le loft ne se défini pas selon sa taille, mais comme un espace ouvert. Aussi, l’appellation est -elle cohérente.

Pour faire un espace ouvert, le designer abat en toute logique les cloisons non porteuses de la cuisine et de la salle de bains.

Pas de séparation brutale ici, mais la création d’ouvertures dans le mur porteur central, pour contenir une cheminée Stûv (marque Belge) qui permet de faire du feu à l’âtre avec vitres ouvertes ou qui peut servir d’insert une fois le vitrage fermé. De quoi passer l’hiver au chaud en profitant du foyer double-face depuis son canapé, mais aussi de son lit.

Des faux plafonds sont tendus pour limiter les pertes calorifiques et apporter un aspect neuf.

Avant et pendant la rénovation :

6 questions à Carlos Pujol

Carlos Pujolimage Carlos Pujol

Carlos Pujol

© DR

Carlos Pujol est un designer touche-à-tout qui manie aussi bien l’architecture que le design d’objet et la communication. Cet ex-publicitaire de 41 ans s’engage auprès de ses clients à façonner une image créative, homogène et sur-mesure. Une démarche marketing assumée, couplée à un sens de l’engagement et une indépendance revendiquée. Alors visionnaire Carlos Pujol ? Le créateur a accepté de répondre à nos questions.

Nd : Vous aimez détourner les matières et les matériaux de leur utilisation première. Avez-vous néanmoins un matériau fétiche?

Je n’ai pas de matériau favori. C’est l’histoire des matériaux, des objets, qui m’inspire pour créer des choses, leur donner une seconde vie. Par exemple j’ai refait récemment un restaurant à Reims où j’ai utilisé des boîtes de conserve pour créer des luminaires. Ces boîtes correspondaient parfaitement à l’ambiance rétro de l’endroit.

Nd : Dans la décoration comme dans la mode, les créateurs utilisent de plus en plus de matériaux recyclés. Comment expliquez-vous cette tendance?

C’est un peu la tendance écologique actuelle qui amène les artistes à se pencher sur la réutilisation des objets, des matériaux. On peut y voir un aspect bobo, mais cette démarche est avant-tout motivée par le soucis de préserver l’environnement. Aujourd’hui, nous sommes tous sensibilisé à la question environnementale. D’ailleurs, on peut pousser la réflexion jusqu’à se questionner sur l’intérêt de produire encore plus, alors que nous sommes déjà en sur-consommation.

Nd : Vous êtes designer, créateur et aussi communicant, au point de proposer des solutions de communications en plus de vos talents de designer. N’est-ce pas un peu contradictoire?

Je suis designer d’origine mais la pub m’a fasciné donc j’ai élargi ma palette artistique. Il y a en effet beaucoup de similitudes entre le design, l’architecture d’intérieur et la communication. Dans les trois cas, on s’efforce de travailler une harmonie visuelle, d’instaurer une identité graphique homogène. Si on reprend l’exemple de la pub, la charte graphique donne vie à une marque. Aujourd’hui, des marques mondialement connues communiquent même sans leur logo, en utilisant uniquement leur code graphique. J’applique la même approche dans le design et l’architecture.

Nd : Quel regard portez-vous sur votre métier?

Pour moi, les vraies contraintes d’un créatif sont le temps et l’argent. A partir du moment où ces contraintes disparaissent, un designer peut laisser libre court à son imagination et réaliser des projets incroyables. C’est le cas de Philippe Starck par exemple, mais cela reste exceptionnel. Après l’opportunité joue aussi.
Personnellement, je m’éclate dans mon travail car j’ai la chance de travailler sur des projets de design très variés.

Nd : Sur le plan créatif, quelles sont vos influences?

Je n’ai pas vraiment d’influences car je pense que c’est une arme à double-tranchant de regarder le travail des autres. Mais comme beaucoup de designers, je bouquine énormément de magazines de décoration, de livres de design.

Nd : Dernière question, quels sont vos projets actuels?

En ce moment, je travaille sur du mobilier de salle de bains, et sur l’architecture d’intérieur de deux restaurants, livrables fin octobre.

Contact Carlos Pujol : 06.11.34.07.48

    0nouveaux
    messages