Salle de bains : les tendances 2009

Interview
  • rédigé par Fanny Rousselin-Rousvoal

  • publié le 23 mars 2009 dernière modification depuis plus de 8 ans Vue 5949 fois
Laetitia Houhou est acheteur et chef de produit plomberie, céramique et acrylique pour l’enseigne Gedimat. Elle répond aux questions de Nostrodomus sur les évolutions brico et déco en matière de salles de bains.

Quelles sont les grandes tendances en matière de salle de bains ?

La salle de bains devient une véritable pièce à vivre, où les notions de bien-être et de décoration sont très présentes. Les Français veulent investir dans cette pièce, à l’instar de la cuisine il y a quelques années. Une tendance forte est aussi le décloisonnement : la salle de bains peut être ouverte sur la chambre, la douche a des parois mais plus de porte, etc.

Cela se traduit-il par une surface plus importante dédiée à ces espaces

En rénovation, il faut faire avec les contraintes du logement mais parfois certains agrandissent quand c’est possible. Ce qui est sûr, c’est que dans le neuf, la configuration salle de bains ET salle d’eau devient fréquente. Le nombre de WC se multiplie. Enfin, une même pièce peut désormais cumuler baignoire et douche. Dans ce cas, la baignoire est alors associée à la détente et au bien-être. Les consommateurs choisissent facilement des modèles balnéo, d’autant qu’ils se sont vraiment démocratisés depuis cinq ans. Les premiers prix démarrent à 500 € et on peut trouver de très bons systèmes à 1 000 €, avec des options type chromatothérapie.

Côté décoration, quelles sont les évolutions ?

La couleur fait son apparition, même si le blanc représente toujours 90 % des ventes de produits en céramique. C’est plutôt sous forme de petite touche, par exemple avec des effets de matière type pierre ou au niveau des accessoires. Depuis peu, on propose des lavabos noirs en magasin : cela interpelle vraiment les clients… Ils s’arrêtent souvent devant les modèles et finissent par les prendre… en blanc ! Les vasques et bols à poser poursuivent aussi leur développement. Quant aux receveurs extra-plats et aux lavabos de faible profondeur, ils sont en plein boom. Autre tendance : les modèles suspendus. C’est évident pour les WC. Et on retrouve le phénomène avec les meubles de salle de bains. Côté formes, le carré connaît un certain succès depuis deux-trois ans. C’est le cas pour la robinetterie, les vasques à poser ou à encastrer ou bien les meubles.

On constate aussi un développement des douches à l’italienne…

Effectivement, il y en a de plus en plus. En rénovation, il est courant de retirer la baignoire de 1,70 m pour mettre à cet emplacement une douche à l’italienne ou un receveur grès d’au moins 1,40 m. Les matériaux composites, mélange d’acrylique et de matière minérale, sont recoupables et permettent d’offrir des grandes dimensions sur mesure. Concernant la douche en elle-même, les pommes hautes et douches de tête se développent. Les colonnes simple douche, composées d’un mitigeur thermostatique, d’une pomme haute et d’une douchette à main, ont également la cote. A l’inverse, les colonnes hydromassantes perdent du terrain car beaucoup de clients ont été déçus par les premiers produits.

Au niveau de la plomberie, est-ce que l’arrivée du PER a beaucoup changé les choses ?

Avec le cuivre, il fallait savoir souder, braser, etc. Les particuliers hésitaient d’autant plus à se lancer dans des travaux que les conséquences peuvent être lourdes, surtout dans un logement collectif. Les nouveaux produits mis au point par les fabricants sont plus démocratiques. Le PER (polyéthylène réticulé) est simple et rapide à mettre en œuvre. Son coût est moindre que celui du cuivre et il est moins sensible à la corrosion. Il existe aussi un tout nouveau produit, apparu sur le marché français il y a moins d’un an : le multicouche. Celui-ci est composé de PER, avec à l’intérieur un film d’aluminium pour la rigidité et son insensibilité à la corrosion. Il cumule vraiment les avantages des deux matériaux ! Ceci dit, même si les travaux sont aujourd’hui plus accessibles, l’appel à un professionnel reste la norme.

Gedimat en chiffres

Gedimat est le premier groupement français de distributeurs indépendants de matériaux de construction et de bricolage. Il compte 200 adhérents et 420 points de vente. 50 000 références, du gros oeuvre à la décoration, sont proposées aux particuliers comme aux professionnels.

    0nouveaux
    messages