Les pianos de cuisson, pour une cuisine haut de gamme

Reportage
  • rédigé par Kevin Storme

  • publié le 19 janvier 2009 dernière modification depuis plus de 8 ans Vue 31272 fois
Appareil trois fois centenaires, le piano de cuisson réinvestit les cuisines depuis une quinzaine d’années. Souvent réservé aux professionnels, il fait néanmoins une percée chez certains particuliers en amenant le cachet des cuisines d’antan. Un intérêt qui suit celui du public pour la maison en général.

Les pianistes ont leur piano, les chefs aussi… Sauf qu’aujourd’hui, il n’est plus besoin d’être un grand cuistot étoilé au Michelin pour avoir son propre piano de cuisson. Depuis une quinzaine d’années, les traditionnels pianos de cuisson que l’on croyait définitivement remisés dans les cuisines de mamie et celles des grands « restos », font un come-back fulgurant. « Le high tech, c’est fini, explique Xavier Dupuy, président et petit-fils du fondateur de La Cornue, l’une des marques emblématiques du piano de cuisson. La maison, la bonne cuisine, la famille… ont bien aidé au renouveau de ces produits ». Bref, la tendance n’est plus aux plats touts prêts et au micro-ondes, mais à un retour à la cuisine traditionnelle et… aux valeurs qui vont avec. « Le piano de cuisson fait appel à deux univers dans l’imaginaire collectif : d’une part celui de la cuisinière à l’ancienne, familial. D’autre part, à celui des restaurants et métiers de bouche », ajoute Xavier Dupuy. C’est peut-être une coïncidence, mais le retour en force des pianos de cuisson correspond à peu près à celui de l’engouement pour la maison en général et la décoration en particulier. « Il y a un recentrage sur la maison refuge », analyse le président de la Cornue. Comme pour la déco, la volonté de recréer un univers « chez soi », sans sortir, explique peut-être le succès des pianos : non seulement on donne un cachet nouveau à la cuisine, mais en plus on utilise les mêmes outils à domicile qu’au restaurant.

Les pros

Grand Palais de La Cornueimage Grand Palais de La Cornue

Le modèle Grand Palais de La Cornue se positionne résolument sur le haut-de-gamme.

© DR

Ce n’est pas parce que les pianos de cuisson sont essentiellement utilisés par les cuistots, les vrais, que vous ne pourrez en faire l’acquisition. Certes, il vous faudra débourser au bas mot autour de 30 000 €, mais ce n’est pas parce qu’on a la Rolls de la cuisine qu’on a forcément le permis. Cuistot Bolino, s’abstenir !

Les traditionnels

Cornufé 110 de La Cornueimage Cornufé 110 de La Cornue

Un style très traditionnel pour un produit emblématique.

© DR

Avec, eux, c’est la bonne vieille cuisine de grand-maman qui nous emmène pour un voyage dans le temps. On se retrouve transporté entre les bocaux de confiture, les plans de travail en chêne où reposent la corbeille à pain et le moulin à café. Et au centre, LE piano de cuisson trône tel un seigneur, comme l’élément central de la cuisine, que dis-je, de la maison ! Celui devant lequel on salive rien que de l’apercevoir ou le toucher.

Les contemporains

Bocuse de Rosièresimage Bocuse de Rosières

Ce modèle s'insère sans problème dans les cuisines modernes.

© DR

Le rétro, c’est bien, mais pour un(e) jeune cadre dynamique surbooké(e) dont le loft ou la maison est résolument moderne, ça peut dénoter. Pas de panique, certains fabricants ont customisé ces produits connotés old fashion en objet fashion tout court. Mêmes fonctionnalités, même prix… Seul le design fait la différence.

Les écos

SCM698X de Sauterimage SCM698X de Sauter

Une cuisinière qui a tout d'un piano de cuisson... à prix tout doux.

© DR

Il est possible d’avoir un matériel de (petit) chef à moins de 2000 €. Dans ce cas, le terme « piano de cuisson » ne sera jamais utilisé. Il s’agit plutôt de cuisinière perfectionnée, qui ont néanmoins les fonctionnalités de base des pianos de cuisson.

    0nouveaux
    messages