Petit précis de "peinturologie"

Fiche technique
  • rédigé par Fanny Rousselin-Rousvoal

  • publié le 10 octobre 2008 dernière modification depuis plus de 8 ans Vue 43533 fois
Acrylique, glycéro, mate, brillante, primaire, à effet, pour plafond, monocouche, etc. L’offre de peintures proposée au consommateur donne le tournis ! Nostrodomus et le Paint Quality Institute vous aident à déchiffrer les étiquettes pour être sûr de faire le bon choix.

Acrylique ou glycéro : laquelle prendre ?


Cuisine V33image Cuisine V33

Les peintures brillantes , généralement glycéro, permettent des effets très sympa, par exemple dans les cuisines (peintures V33)

© V33

- Peintures à base d’eau (= peintures acrylique)
Les peintures dites « à l’eau » (ou « de dispersion » ou « émulsion ») cumulent plusieurs avantages : elles sèchent en général rapidement, ont peu d’odeur et permettent un nettoyage facile des pinceaux et rouleaux après usage : tout simplement à l’eau et au savon ! Elles ont tendance à être moins nuisibles à l’environnement. Etablies depuis longtemps comme peintures d’intérieur pour les murs et les plafonds, elles conviennent également de plus en plus pour les surfaces en bois et les substrats métalliques grâce aux progrès technologiques. Pour les peintures en extérieur, on utilise des peintures de dispersion qui peuvent « respirer » (c’est-à-dire laissant passer la vapeur), causant ainsi moins de problèmes dus à la formation de bulles et à l’écaillement.

- Peintures à base de solvants (= peintures glycérophtaliques)
Cette catégorie désigne des produits qui sont à base d’huile ou de résine alkyde. Les peintures au solvant fournissent une surface de peinture très dure et lisse qui a toutefois tendance à devenir poreuse et à se fendiller avec le temps. On les trouve plus souvent, en raison de leurs bonnes qualités d’adhérence, parmi les peintures brillantes. Par rapport aux peintures à l’eau, elles sont moins écologiques, sèchent plus lentement et sentent plus fort. Autre inconvénient : elles ne conviennent pas pour l’utilisation sur les métaux galvanisés ou la maçonnerie fraîche. Le nettoyage des pinceaux ou rouleaux (un brin contraignant) s’opère avec de l’essence ou de la thérébenthine.

Attention ! La peinture glycéro peut sans problème être appliquée sur de l’acrylique… mais l’inverse n’est pas vrai ! L’acrylique a en effet tendance à glisser sur la glycéro et à donner un résultat craquelé. Autant dire que c’est rarement l’effet recherché, sauf par les décorateurs de cinéma. Dans le doute, utilisez de la glycéro ou une acrylique « mixte », pouvant être appliquée sur de la glycéro sans problème.

Quelle peinture pour quel usage ?

sous-couche placoplâtreimage sous-couche placoplâtre

Avant la ou les couche(s) de finition, un primaire, un apprêt ou une sous-couche peuvent s'avérer nécessaire.

© Paint Quality Institute

- Les primaires et apprêts sont un préalable pour les surfaces nues : bois, murs, métal. Ils peuvent également être utilisés pour donner une adhérence maximale sur des surfaces non poreuses : briques, mélaminé, plastiques, etc.
Disponibles "pour intérieur seulement", "pour extérieur seulement" et "universel", les primaires assurent le « lien » (afin que la couche de finition adhère mieux) et le "barrage" (contre le dégorgement de tanins, etc.). Le rendement moyen est de l’ordre de 11 m²/ litre.

Pour le métal, recherchez un produit avec effet anticorrosif ou antirouille. Pour le bois, la barrière contre les tanins est important. Pour les murs, prenez un "fixateur / bouche-pores".

Une astuce pour savoir si une surface déjà peinte a besoin d’un primaire : appuyez un morceau de ruban adhésif sur la vieille peinture et retirez-le. Si la peinture se détache, il faut passer un primaire ! Dans le cas où la couleur finale est foncée, appliquez de préférence un primaire coloré. Pour le bois, utilisez un vernis isolant pour noeuds pour isoler tous les noeuds avant de passer le primaire.

- La sous-couche assure un bon pouvoir couvrant et un bon « garnissant », qui permettra d’obtenir un rendu régulier pour les couches de finition. Elle est nécessaire pour peindre du bois et du métal, à l’extérieur et à l’intérieur. Choisissez pour la sous-couche une teinte un peu différente de celle de finition, afin de mieux voir où vous avez déjà peint. Pour peindre une surface de bois, prenez une sous-couche à base d’eau car cette dernière est plus flexible et plus résistante contre le fendillement et s’écaille moins. Le rendement au litre est de l’ordre de 13m².

salon v33image salon v33

La peinture mate convient particulièrement aux grandes surfaces (murs, plafonds). Dans cet exemple V33, même le plafond joue la couleur !

© V33

- Les peintures pour plafonds sont plus épaisses que les peintures en dispersion pour les murs. Elles font donc moins de gouttes et d’éclaboussures. Souvent, elles sont vendues comme peinture gel dans un bac et s’appliquent plus facilement au rouleau.

- Les peintures murales acryliques modernes adhèrent sur divers substrats ("Multisurface"). Elles peuvent aussi être utilisées sur le bois et le métal. Les finitions mates conviennent la plupart du temps mieux car les défauts y sont moins soulignés. Le rendement est de 10 à 13 m² au litre. Certains produits donnent une finition lavable.

Astuce : lors de réparations, il convient d’utiliser le même matériel d’application que lors de la première application afin d’obtenir le même résultat régulier.

- Les peintures structurées (murs et plafonds) contiennent des grains de sable ou de petites billes. Plus épaisses, elles donnent une structure grossière à l’application et présentent l’avantage de cacher les fissures et les petites aspérités. A appliquer au rouleau.

- Les peintures monocouches sont conçues pour être appliquées en une seule couche. Cela économise du temps et l’on obtient malgré tout un bon pouvoir couvrant. Faciles à appliquer, elles sont recommandées aux peintres amateurs et aux débutants. Elles conviennent aux murs, plafonds (mat et satin) et bois (brillant). Leur rendement est autour de 8 m²/litre.

- Les peintures pour cuisines, salles de bain et pièces humides contiennent des fongicides pour empêcher les taches ou la formation de moisissures. Elles ont aussi l’avantage d’être lavables. Leur rendement au litre va généralement de 10 à 13 m². Conseil : avant de peindre, enlevez bien toutes les taches et traces de moisissures avec de l’eau (voir article « préparez votre support comme un pro »).

chambre d'enfants v33image chambre d'enfants v33

Laissez libre-cours à votre imagination pour des chambres d'enfants colorées et ludiques (peintures V33).

© V33

- Les peintures pour chambres d’enfants (murs, plafonds et surfaces en bois) sont conçues pour sentir peu, sécher vite et être durables. La surface peinte est lavable afin que l’on puisse facilement enlever les taches, et suffisamment dure pour résister aux chocs et aux coups. Laisser sécher la peinture deux semaines avant le premier lavage. Rendement au litre: 10-13 m².

Astuce déco : la plupart des fournisseurs de peintures pour chambres d’enfant proposent en plus d’une gamme classique des laques pour tableau noir ou des vernis à paillettes.

- Les peintures brillantes et satinées conviennent particulièrement au bois et au métal à l’intérieur, à des fins de protection et de décoration. Elles fournissent un revêtement dur, durable. Tant les finitions satinées que brillantes sont résistantes à la saleté et à l’eau. Ces finitions sont disponibles soit comme peinture brillante liquide (normalement à base de solvants, glycéro donc) ou antigoutte (à base d’eau ou de solvants). Elles sont souvent vendues comme peinture monocouche et affichent un bon rendement au litre : 10 à 15 m².

Attention : ne jamais agiter avant l’emploi, elles risqueraient de perdre leur texture gel et d’être plus difficiles à appliquer !

- Les peintures pour sol (bois et béton) sont dures et durables afin de résister aux frottements constants et à l’usure. A base d’eau ou de solvants, leur degré de brillant est généralement faible. Elles s’appliquent au rouleau.

Effet glacisimage Effet glacis

Effet glacis sur une commode (peinture Lubeyron).

© Lubeyron

- Les peintures pour effets décoratifs (bois, murs et meubles) reposent sur le principe du glacis, c’est-à-dire la superposition de couches transparentes de peinture (très peu chargées en pigments et éventuellement de couleurs distinctes) les unes sur les autres pour obtenir un effet. Les glacis sont en général à base d’acrylique et sèchent rapidement. Conseil : les effets décoratifs obtenus sur les meubles sont très sensibles aux rayures, mieux vaut donc appliquer une couche acrylique protectrice plus dure comme couche de finition.

- Les laques à effet métallisé ou perlé conviennent aux bois, murs, métaux et tissus. Ces peintures à base d’eau sont faciles d’emploi. Elles s’appliquent en couches minces au pinceau ou au rouleau sur des surfaces pourvues d’une sous-couche jusqu’à obtenir un revêtement régulier, ce qui peut nécessiter plusieurs couches. Le rendement au litre est de 8 à 10 m². Attention : sur un mur insuffisamment lisse, c’est une mauvaise idée, les irrégularités seraient rendues plus visibles par les effets de lumière… Astuce déco : elles peuvent être utilisées pour mettre l’accent sur un mur pour qu’il attire le regard.

- Les peintures traditionnelles ou "historiques" sont principalement à base d’eau. Il y en a plusieurs types, entre autres les peintures au lait - qui donnent une surface mate ; les peintures à la chaux - pour obtenir des effets de vieillissement ; les détrempes - sous forme de poudre, à utiliser sur les meubles pour obtenir un effet de vieillissement, etc. Support possible : les murs, le bois et les meubles.

- Les peintures résistant à la chaleur ne deviennent pas cassantes et ne jaunissent pas à des températures élevées. Elles servent à peindre poêles, radiateurs et tuyauteries. Important : ces peintures ne sont pas résistantes au feu. Ne peignez jamais un radiateur chaud, toujours le laisser refroidir auparavant ! Attention aussi à ne pas peindre les vannes : elles doivent pouvoir continuer à tourner.

- Les peintures pour surfaces non poreuses (liège, carreaux de céramique, mélanine, plastiques) nécessitent des produits spéciaux, fréquemment à base de résines époxydes. Elles doivent souvent être utilisées combinées à un apprêt. Astuce : poncer le substrat avec du papier de verre, l’apprêt facilitera ainsi l’adhérence de la finition.

Les peintures d’extérieur sont conçues pour résister aux intempéries. Parfois, il s’agit de produits aussi utilisables en intérieur. Il existe aussi des produits très spécifiques : des revêtements pour façades (semi-épais ou flexibles), peintures pour les gouttières (assurant l’étanchéité), pour les surfaces métalliques (type portail ou porte de garage), produits de traitements anti-fongique, anti-mousse ou fixateurs spéciaux (pour fixer les supports rendus farineux par les intempéries), etc.

Mat ou brillant ?


- Les peintures mates, non réfléchissantes sont un bon choix lorsque le substrat n’est pas tout à fait lisse. Elles sont donc conseillées pour peindre de grandes surfaces, comme par exemple des murs ou des plafonds. Seul hic, sur les peintures mates, les traces de chocs, de pressions ou de saleté sont plus visibles. La parade consiste à préférer une peinture lavable quand c’est possible.

- Les peintures brillantes réfléchissent la lumière et donnent à la surface un aspect lisse et brillant. Sur un plan pratique, elles ont l’avantage de ne pas retenir la saleté. En revanche, elles ont la vilaine manie de souligner les imperfections, d’où un emploi déconseillé sur les grandes surfaces. On les recommande plutôt pour les boiseries dans toute la maison.

- Entre les deux, il existe de nombreux produits intermédiaires dits satinés, semi-brillants, éclat soyeux, « brillant coquille d’œuf », etc.

Avant d’opter pour l’un ou l’autre, il faut bien déterminer la zone que vous désirez peindre, son état et à combien d’usure cette dernière sera exposée.

    0nouveaux
    messages