Maison & Objet 2012 : carte blanche à un pro de la déco

Reportage
  • rédigé par Virginie Trin

  • publié le 25 janvier 2012 dernière modification depuis plus de 6 ans Vue 7032 fois
A l’occasion de Maison & Objet, qui s’est déroulé du 20 au 24 janvier à Paris, Nostrodomus a donné carte blanche au conseiller en image Stefano Venchiarutti, de l’agence Les Gentils Pariziens. Mobilier, luminaires, accessoires… Visite du salon au rythme de ses coups de cœur (et coups de gueule !)

« Je vous préviens, il y a à boire et à manger ! » Stefano Venchiarutti annonce la couleur au début de sa visite du salon Maison & Objet avec Nostrodomus : le cru 2012 « manque de fraîcheur ». Celui qui a créé l’agence de conseil en image Les Gentils Pariziens s’avère critique : très peu de nouveautés sur le salon, malgré sa grande diversité.

m&oimage m&o

Stefano Venchiarutti, au stand d'une de ses marques fétiches, Ethnicraft.

© Nostrodomus


« On sent la crise, les gens n’osent pas trop. On trouve la même chose au niveau de la mode », analyse l’ancien styliste de chez Kenzo. Mais qu’à cela ne tienne ! Le pro de la déco a su dégoter malgré tout quelques perles dans le salon. Et distinguer des tendances : « On n’est plus du tout dans le bling-bling. On a envie de rentrer chez soi comme dans un refuge. » L’année 2012 sera donc plus que jamais celle du cocooning, pour Stefano. Avec comme lignes directrices :


- « du doux, voire doudou », avec des coussins moelleux par exemple, et un intérieur inspiré du design scandinave ;
- De belles matières qui rassurent, y compris le métal, l’acier par touches, qui contrairement aux idées reçues, peut réchauffer une pièce ;
- Un intérieur poétique, qui invite au voyage de l’esprit ;
- La présence du jeu : des objets ludiques, très colorés, en décalage avec le reste de la déco, voire anachroniques ;
- Un chez soi « exclusif » : plus que jamais, place au home made, à la customisation.


Son choix se porte ainsi sur du mobilier d’inspiration scandinave, tantôt sobre, tantôt coloré. « En France, il y a beaucoup de talents. Ce sont plutôt les éditeurs qui sont timides, développe-t-il. Ce n’est pas pour rien que certains Français travaillent en Italie ou en Scandinavie, où on ose davantage. »

Sélection mobilier M&O 2012

    0nouveaux
    messages