Le marché de la piscine en eaux troubles

Enquête
  • rédigé par Kevin Storme

  • publié le 17 avril 2009 dernière modification depuis plus de 8 ans Vue 5779 fois
Pendant dix ans, la France a connu un véritable boom des piscines privées. Au point de devenir l’un des pays les mieux équipés au monde. Depuis un an, la crise, une météo difficile, des problèmes de sécurité et la mise en place du Grenelle ont quelque peu tari la source de ce marché autrefois juteux. Aujourd’hui, face à cette chute conséquente, les industriels misent sur la « piscine investissement », comme valeur refuge.

Abri de piscine Waterairimage Abri de piscine Waterair

Alors que le marché de la piscine est en chute libre, celui des accessoires de piscine, comme les abris, limite la casse... sécurité oblige.

© DR

Mauvaise météo, crise économique, problèmes de sécurité, Grenelle de l’environnement… Les fabricants de piscine font grise mine. « Au troisième trimestre 2008, les mises en chantier ont chuté de 20 % », illustre Joëlle Pulinx, déléguée générale de la Fédération des professionnels de la piscine (FPP). Une situation encore plus grave pour les piscines hors sol qui sont l’objet, selon Joëlle Pulinx, « d’achats impulsifs », directement liés à la météo. Qu’à cela ne tienne, les industriels ne lâchent pas les armes. Après 10 ans de croissance, cela ne fait qu’un an que le marché baisse : « la météo y est pour beaucoup », souligne la déléguée générale, même si elle concède que « la crise fait peur ». Pour de mauvaises raisons selon elle : « une piscine est un investissement à long terme, qui permet de faire gagner 20 % à une maison. Et, contrairement à une voiture, sa valeur ne baisse pas ». Une campagne radio a même été lancée récemment par la FPP sur les antennes de Radio France, ainsi qu’un site Internet insistant sur le « placement bonheur que constitue la piscine », une espèce de « valeur refuge » en ces temps incertains.

Aujourd’hui, la France compte 1 346 000 piscines privées (843 000 enterrées et 503 000 hors sol). Le secteur de la piscine pèse 1,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires et compte 30 000 salariés. Entre 6 et 7 % des jardins français sont équipés de piscine, avec une proportion bien plus importante dans le Sud Est où une maison avec piscine est presque devenue la norme. Ce qui laisse des opportunités de développement sur lesquelles les industriels espèrent surfer : « il y a 12 millions de jardins privés en France, remarque Jean-Louis Desjoyaux, directeur du groupe éponyme, notre objectif est d’en équiper 7 millions ».

Changer l’image de la piscine ou mourir

Pour y parvenir, une seule solution : changer l’image de luxe qui colle à la peau de la piscine. « Les meilleurs ventes se font aujourd’hui chez les ouvriers et les employés », soulignait il y a encore quelques mois Jérôme Courat, PDG d’Aquilus. Joëlle Pulinx, elle, affirme que « 23 à 24 % des ventes se font aujourd’hui chez les ouvriers employés ». Et Jérôme Courat d’insister sur le prix « accessible » des premiers modèles hors sol, « à partir de 2500 € » : 5 mètres de diamètre, 1,30 mètre de profondeur. Idéal pour les jardins pavillonnaires. Pour une piscine enterrée de 4 x 8 mètres, il faut payer au minimum 10 000 €. « Le prix d’une voiture en somme », selon Joëlle Pulinx. Sauf que le prix d’une voiture dévalue… pas celui d’une piscine. « La plupart des gens achètent leur piscine comptant. Comme tout bien d’équipement, il peut faire l’objet d’un crédit », avance-t-elle.

Loin de l’image du luxe traditionnellement associée et pour élargir sa cible, la FPP insiste sur le côté convivial de la piscine. « Avant la crise, on constatait un boom des piscines dans des régions peu ensoleillées comme le Nord ou la Bretagne, analyse Mme Pulinx,

Piscine Beaver-Poolimage Piscine Beaver-Pool

Les piscines hors sol sont les premières victimes de la crise et surtout de la météo...

© beaver pool

les gens ne se baignent pas forcément durant les trois mois d’été, mais se réunissent autour de la piscine qui devient un lieu de convivialité ». « Aujourd’hui, on construit plus de piscine dans le Grand Nord (sic), ajoute le Sudiste Jérôme Courat, dans le Sud, déjà bien équipé, on rénove davantage ». D’ailleurs selon Joëlle Pulinx, « le marché de la rénovation est moins touché que celui de la construction ».

Le point sensible de la sécurité

Autres freins au développement du marché, ces derniers mois, les piscines et notamment les accessoires types abris et alarmes, ont été au cœur des rubriques faits divers pour des noyades d’enfants. Le gouvernement avait même du prendre des mesures, au début de l’été dernier, suite à un avis émanant de la Commission de sécurité des consommateurs (CSC) sur l’inefficacité de six modèles d’alarme de piscine. Aujourd’hui, même si des systèmes de sécurité (barrières de protection, alarmes, couvertures, abris de piscines) équipent 75 % des 1 346 000 piscines de France, et 89 % des piscines enterrées, leur efficacité n’est pas encore avérée à 100 %. Ainsi, entre juin et septembre 2006, l’Institut de veille sanitaire (INVS) a recensé 166 cas de noyades (dont 55 décès) en piscine privée.

Une loi sur la sécurité des piscines est ainsi entrée en vigueur le 1er janvier 2006. Depuis cette date, des amendes pouvant grimper jusqu’à 45 000 € sanctionnent les propriétaires de piscines privées ne respectant pas les normes de sécurité. Mais à l’INVS, on nuance quand même le constat : « entre 2000 et 2006, les noyades d’enfants ont chuté de 35 %. » « On est arrivés au bout sur la sécurité, toutes les précautions sont désormais prises, on ne peut pas faire plus », insiste Joëlle Pulinx.

En cette période de baisse du pouvoir d’achat, les usagers pensent également à leur consommation d’eau. Remplir une piscine de 10 000 litres, n’est pas sans conséquence sur la facture et… sur l’environnement. Si la consommation annuelle en eau de piscine représente 0,11 % de la consommation globale d’eau en France, elle peut s’avérer problématique dans certaines régions : Languedoc Roussillon, PACA, Aquitaine et Midi Pyrénées. Lesquelles concentrent plus de 60 % du parc de piscines.

Les piscines naturelles, des "nids à bactéries"

Qu’on ne vienne pas parler de piscines naturelles (bassins dont l’eau est filtrée par des plantes) à Joëlle Pulinx. « Ce ne sont pas des piscines, mais des points d’eau, rétorque la déléguée de la FPP, dans une piscine il n’y a pas de problème de bactéries. En revanche les piscines naturelles n’ont aucun système de désinfection. » Et Joëlle Pulinx d’appuyer : « le Conseil supérieur de l’hygiène publique a d’ailleurs émis un avis défavorable à l’utilisation de piscines naturelles ». Autre son de cloche du côté des concepteurs de piscines naturelles, évidemment : « l’intérêt de se baigner dans une eau claire et naturelle,sans produits chimiques ni UV, c’est de bénéficier d’une eau vivante excellente pour la santé : fini les yeux rouges, les mycoses, les allergies et les brûlures de la peau », tempère le numéro un de la piscine naturelle, Bioteich Baignades naturelles.

Une position claire, mais quelles sont les actions engagées par les pisciniers « classiques » en faveur du développement durable ? « Du point de vue du chauffage, on utilise de plus en plus des pompes à chaleur et des panneaux solaires », explique Joëlle Pullinx. Quant à la consommation d’eau, « il existe des

barrière de piscineimage barrière de piscine

Les barrières sont indispensables pour éviter les accidents. Pourtant, toutes les piscines n'en sont pas équipées.

© DR

méthodes et des outils suffisamment efficaces pour ne pas vider le bassin entièrement durant l’hivernage et que l’eau ne s’évapore pas ». Jean-Louis Desjoyaux d’illustrer : « chez Desjoyaux, tous nos systèmes de chauffage utilisent des pompes à chaleur ». Le traitement de l’eau, lui, se fait encore souvent au chlore. Pas spécialement écologique, mais de plus en plus de fabricants proposent des systèmes de filtration à base de produits naturels (sable, algues, ozone…). Un emprunt paradoxal aux piscines naturelles finalement… Mais une goutte d’eau face au torrent de mauvaises nouvelles qui s’abat sur la piscine ces derniers mois.

    0nouveaux
    messages