Jardins et terrasses : les Français voient la vie en vert

Enquête
  • rédigé par Fanny Rousselin-Rousvoal

  • publié le 19 février 2009 dernière modification depuis plus de 8 ans Vue 6857 fois
Le jardin et la terrasse sont des valeurs en hausse, selon la 3ème enquête Unep-Ipsos. Un Français sur deux considère désormais que le jardin est l’une des deux pièces qui donne le plus de valeur à son habitation. Et 85 % prévoient des vacances « au vert ».

La vie en vertimage La vie en vert

Le jardin, valeur-refuge en temps de crise ?

© Unep

Pour la troisième année consécutive, l’Union Nationale des Entrepreneurs du Paysage et Ipsos publient leur enquête sur l’attitude et les représentations des Français en matière de jardins. Le cru 2008 avait mis en lumière l’attrait pour les espaces verts publics. La mouture 2009 met, elle, l’accent sur le domestique. Fait marquant, le jardin devient ainsi la deuxième « pièce » la plus importante de la maison. S’il reste loin derrière le séjour (21,5 % contre 49 %), il détrône le lieu hautement symbolique qu’est la cuisine ! Le jardin est même cité par un Français sur cinq comme la pièce la plus importante de sa maison… Dans l’étude, menée fin décembre 2008 auprès d’un échantillon représentatif de 603 personnes, trois Français sur quatre déclarent disposer d’un espace de jardinage privatif. 24 % ont un jardin, 9 % une terrasse et 42 % cumulent les deux. Quant à ceux qui n’en ont pas… ils aimeraient bien en avoir ! Parmi les orphelins du végétal, jeunes et urbains pour la plupart, trois sur cinq seraient prêts à payer plus pour pouvoir s’offrir un espace vert privatif, à logement équivalent. Les hommes sont plus nombreux que les femmes (61 % contre 54 %) à envisager ce surcroît de dépense.

L’inégalité devant le « vert » se ressent selon l’âge et la zone de résidence. Les 25-34 ans ne sont que 63 % à disposer d’un jardin ou d’une terrasse contre 80 % pour leurs aînés. Quant aux habitants d’Ile-de-France, ils sont nettement moins bien lotis que ceux du grand Ouest : 55 % de foyers équipés contre 85 %.

Le vert appelant le vert, les Français disposant d’un jardin privatif sont aussi les plus nombreux à apprécier la présence d’espaces verts dans leur ville (82 %). Les deux sont donc complémentaires.

Des vacances 2009 au vert

Autre enseignement de l’étude 2009 : cette année, les vacances rimeront avec verdure plutôt qu’avec aventure. Alors que le contexte économique est incertain, 39 % des Français prévoient de passer leurs prochaines vacances au jardin, quitte à investir pour mieux en profiter. Plus de la moitié des personnes à revenus intermédiaires (moins de 2 000 €) ont ainsi opéré cet arbitrage. Trois Français sur dix prévoient de partir « au vert », de préférence en France. Seuls 15 % planifient un séjour à l’étranger.

Des jardins de plus en plus grands

La superficie des nouveaux jardins ne cesse de croître. De 470 m² en moyenne en 1948, elle est passée 720 m² de nos jours, soit un gain de 250 m² en 60 ans. Aujourd’hui la moitié des maisons et existantes possède un jardin d’au moins 600 m². Source : INSEE, enquête logement 2006.

Faire appel à un paysagiste, combien ça coûte ?

Les particuliers constituent la première clientèle des entreprises de paysage. Ils font réaliser chaque année pour 1,7 milliard d’euros de travaux paysagers. Leur rôle consiste à créer et entretenir : conception, aménagement, plantation, travaux de maçonnerie paysagères, système d’arrosage, etc. La prestation pour la création d’un jardin pour un particulier commence à 50 €/m². Les professionnels interviennent aussi bien sur de grands jardins (+ de 3000 m²) que sur des plus petits (300 ou 500 m²), voire beaucoup moins dans le cas de balcons et terrasses. La moyenne se situe à 1 700 m². Source : Unep/Ipsos 2006.

Venez partager vos expériences dans notre forum, en cliquant ici.

Quelle jardinier(e) êtes-vous ?

Quatre profils typiquesimage Quatre profils typiques

Etes-vous inspirée du jardin, doux rêveur de l'Eden, exalté du végétal ou doyenne des plantes ?

© Unep - Grégoire Pont


- L’inspirée du jardin est plutôt aisée et diplômée. Elle est prête à mettre le prix pour disposer d’une maison individuelle avec jardin. Elle conçoit ce dernier comme la vitrine de son foyer et n’hésite pas à faire appel à un pro pour le réaliser et l’entretenir.

- Le doux rêveur de l’Eden est plutôt jeune et doté de revenus limités. Il compense l’absence de jardin en chouchoutant sa terrasse ou en se rendant au parc. Il manque de moyens mais pas d’ambitions. Si l’écologie n’est pas encore sa priorité, elle pourrait le devenir très vite. Il cherche à concrétiser son rêve de disposer enfin d’un vrai logement avec un vrai jardin.

- L’exalté du végétal se décline en version masculine ou féminine. Moins diplômé que la moyenne, il met ses pratiques en accord avec ses convictions « écolo ». Technique alternatives, récupération des eaux de pluie, tonte manuelle du gazon et compost n’ont plus de secret pour lui.

- La doyenne des plantes est une retraitée qui dorlote volontiers son jardin. Grâce aux conseils et service d’un professionnel, elle a transformé son jardin : fontaine et muret par ici, massifs et baignade naturelle par là. Elle a banni les pesticides, leur préférant des traitements alternatifs. L’été, elle savoure les longs moments qu’elle peut passer dans son jardin.

    0nouveaux
    messages