Foyers éthanol : un rapport qui sent le brûlot

Enquête
  • rédigé par Kevin Storme

  • publié le 12 mars 2009 dernière modification depuis plus de 8 ans Vue 10586 fois
Le rapport rendu il y a trois mois par la Commission de sécurité des consommateurs (CSC) et relayé par l'UFC Que Choisir sur les foyers à l'éthanol n'en finit pas de faire des vagues. Cette étude tire à boulets rouges sur les fabricants du secteur. Retour sur une polémique qui semble profiter à certains lobbys...

Cheminée Alfra gamme Soloimage Cheminée Alfra gamme Solo

Ces objets de décoration doivent être utilisés dans une pièce assez vaste (au moins 10 mètres carré) et aérée.

© DR

Les foyers à l’éthanol. Des cheminées fâchant le Père Noël puisqu’il n’y trouve pas de conduit, mais pas seulement lui. Depuis un avis rendu en décembre dernier sur leur sécurité par la Commission de sécurité des consommateurs (CSC) et l’UFC Que choisir, les marchands de cheminée éthanol ont les oreilles qui sifflent.

Au coeur de la polémique : les risques d’intoxication au monoxyde de carbone (CO). Chaque année, ce gaz cause en effet la mort de 90 personnes (dont 44 en milieu domestique) mais… aucune à ce jour n’a été recensée à cause des cheminées à l’éthanol. Les essais effectués par le Laboratoire national de métrologie et d’essai (LNE) pour le CSC parlent pourtant d’eux-mêmes : « Trois foyers sur les quatre (testés, Ndlr) dépassent, et de façon très significative, les seuils d’émission de monoxyde de carbone de référence ». Pour Marc Gesiot, PDG d’Alfra, l’un des principaux fabricants de cheminée à l’éthanol, l’intensité des attaques vire au «  procès en sorcellerie ». Et le PDG de justifier : « Comme pour n’importe quelle combustion, il est nécessaire que l’air de la pièce soit renouvelé. C’est également une attitude de bon sens de ne pas utiliser ces objets dans des pièces de taille réduite et sans aération ». Pourtant selon la CSC, « si les quatre foyers avaient été équipés d’un détecteur de CO2 (… ), ils se seraient arrêtés avant la fin de leur réservoir par mise en sécurité de l’appareil. Dans trois cas sur quatre, cette mesure de précaution était justifiée en regard du taux de monoxyde de carbone accumulé ». Précisons que la CSC comme le PDG d’Alfra sont d’accord sur le fait que les détecteurs de CO ne sont pas fiables et qu’il vaut mieux un détecteur de CO2, qui, à partir d’un certain seuil, permet de présumer la présence de CO dans une pièce. ­Alfra a d’ailleurs été reçu par la CSC en tant qu’expert : « on avait tiré la sonnette d’alarme, notamment par rapport à certains produits bon marché venant de Chine ou d’ailleurs ». Des produits qui ne répondent à aucune norme et qui s’affranchissent parfois des droits de douane… web oblige.

Les recommandations aux utilisateurs

Ceux d’entre vous qui ont une cheminée à l’éthanol ou comptent en acquérir une doivent respecter certaines règles pour éviter les risques d’intoxication et/ou d’incendie.

- Ne pas utiliser les foyers à l’éthanol dans une pièce de moins de 10 mètres carré

- Veiller à ce que la pièce soit aérée régulièrement et ne pas utiliser dans une pièce sans ouverture

- Stocker l’éthanol en petite quantité, et toujours loin du foyer

- Ne pas recharger le foyer tant qu’il est encore chaud afin d’éviter les « retours de flamme »

- Ne pas utiliser ces foyers toute la journée. Leur vocation est décorative. Ils doivent être éteints lorsque plus personne n’est dans la pièce

- Les parois pouvant être très chaudes, ne pas laisser ces foyers à portée de main des enfants

    0nouveaux
    messages