Electroménager : des appareils moins gourmands

Interview
  • rédigé par Fanny Rousselin-Rousvoal

  • publié le 13 janvier 2009 dernière modification depuis plus de 8 ans Vue 5149 fois
Moins énergivore, plus performant : l’électroménager ne cesse de progresser. Le point sur les tendances et les idées reçues avec Patricia Michel, responsable études et communication du Gifam (Groupement Interprofessionnel des Fabricants d’Appareils Electroménager).

Quelle est la principale tendance en matière d’électroménager ?

Les efforts de recherche & développement des fabricants se concentrent sur les économies d’énergie. D’énormes progrès ont été réalisés en la matière depuis dix ans. Entre 1998 et 2008, la consommation électrique des réfrigérateurs et des congélateurs a ainsi été divisée par trois. La consommation d’eau de certains lave-vaisselle a été divisée par deux. Côté cuisson, l’induction permet de consommer 30 à 60 % d’énergie en moins. Ces progrès s’accompagnent aussi de plus de confort d’utilisation. Les parois antibactériennes et systèmes « no frost » assurent une meilleure conservation des aliments dans les réfrigérateurs. L’induction permet de faire bouillir l’eau deux fois plus vite que le gaz. Les lave-vaisselle sont plus silencieux.

Evolution de la consommation de l'électroménager entre 1998 et 2008image Evolution de la consommation de l'électroménager entre 1998 et 2008

Grâce aux progrès des fabricants, les appareils consomment moins et permettent d'importantes économies. (Source : Gifam)

© Gifam

Quel type d’appareil se développe le plus ?

Les tables de cuisson à induction connaissent une croissance remarquable. Elles représentent désormais un tiers du marché. Leurs ventes ont progressé cette année de 22 %, là où les autres segments (électrique, gaz, vitrocéramique) régressaient de 10 % !

Comment expliquer cet engouement pour l’induction ?

La qualité de cuisson avec l’induction égale désormais quasiment le gaz : montée rapide en température, réglage précis, etc. D’ailleurs cette technologie est utilisée par de plus en plus de grands chefs. Comme elle ne chauffe pas, une table à induction est aussi nettement plus facile à nettoyer qu’une plaque vitrocéramique. En outre, les prix sont orientés à la baisse.

Côté four, la pyrolyse supplante peu à peu les modèles à catalyse…

C’est le gros du marché en France (70 %), ce qui n’est pas le cas dans d’autres pays. Les Français veulent saisir la viande, là où les Allemands par exemple pratiquent une cuisson plus douce. Nos fours sont donc plus sales. L’avantage de la pyrolyse est donc plus important.

Une étude réalisée récemment par Eurofins a analysé récemment l’impact environnemental du lavage au lave-vaisselle. Quelles sont ses conclusions ?

Si tous les foyers français utilisaient un lave-vaisselle, l’économie réalisée atteindrait 40 millions de m3 d’eau, soit l’équivalent de la consommation annuelle de la ville de Marseille ! Le lave-vaisselle fonctionne un peu plus de trois fois par semaine et dans 87 % des cas à charge complète. A contrario, les foyers non équipés de machines font en moyenne 11 lavages à la main. Or une vaisselle à la main consomme 42 litres (et jusqu’à 100 litres si on laisse l’eau couler en continu !) contre seulement 10 litres pour un lavage avec un lave-vaisselle « nouvelle génération ». C’est 70 % de moins ! Côté énergie, le lave-vaisselle ne consomme pas plus qu’une vaisselle à la main, voire moins chez les gros utilisateurs d’eau. Au final, un achat d’appareil est rentabilisé en cinq ans et demi et permet d’économiser 23 000 litres d’eau. L’étude d’Eurofins révèle aussi que la charge polluante est moindre : - 39 % de polluants biodégradables, - 34 % de polluants non biodégradables, - 61 % de matières en suspension (donc moins de boues à traiter par les stations d’épuration).

Cela vient tordre le cou à des préjugés tenaces…

Avec 53,7 % des foyers équipés, les Français restent sous-équipés en lave-vaisselle par rapport à leurs voisins allemands, italiens ou anglais (70 %). Mais les ventes se développent. Les idées reçues, comme le fait que cela reviendrait plus cher qu’une vaisselle à la main, commencent à tomber.

On assiste aussi à une tendance « XXL »

La tendance grande capacité se renforce. Elle est perceptible sur les réfrigérateurs mais surtout sur les lave-linge. Le standard est passé de 5 à 6 kg. Cela offre plus de possibilités, par exemple de laver des couettes ou davantage de draps en une seule fois. Les programmes électroniques calculent désormais le poids du linge, la quantité d’eau et de lessive à utiliser, la durée du cycle, ce qui permet d’optimiser le lavage.

Liebherr - Side by Side 7273image Liebherr - Side by Side 7273

Le modèle combiné Side by Side 7273 de Liebherr illustre la tendance grand format.

© Liebherr

A-t-on idée du gain de temps réalisé grâce à l’électroménager ?

Pour citer deux exemples, le gain de temps réalisé sur une année grâce à l’utilisation d’un lave-vaisselle est de 11 journées (de 7 heures) pour un foyer de quatre personnes. Un sèche-linge permet de gagner 78 h de loisirs par an, par rapport à l’étendage classique (sur une base de quatre machines par semaine), sans compter le temps gagné en repassage…

L’électroménager en chiffres

En moyenne, un foyer français dispose de 6,5 appareils de gros électroménager et de 13 petits appareils. Au total, le « parc » hexagonal compte respectivement 165 millions et 310 millions d’appareils. Chaque année, il se vend 13,5 millions de gros appareils, 36 millions de petits et 6,5 millions d’appareils électriques fixes de chauffage et de production d’eau chaude.

    0nouveaux
    messages