Construisez un mur de soutènement en pierre sèche

Step by step
  • rédigé par Fanny Rousselin-Rousvoal

  • publié le 18 novembre 2008 dernière modification depuis plus de 8 ans Vue 145840 fois
La pierre sèche est une technique de construction consistant à assembler des pierres en équilibre, sans l’aide de liant. Louis Cagin, murailleur et auteur d’un livre sur le sujet, nous explique en neuf étapes comment construire un mur de soutènement.

1 Réflexion

La particularité d’un mur de soutènement est de soutenir la poussée des terres d’un terrain en surplomb ou d’un remblai. Il est donc enterré sur sa face située en amont. Avant de démarrer, observez et étudiez bien les lieux : la pente, la quantité de terre et de pierre. Selon où vous déciderez de construire le mur dans la pente, il sera plus ou moins haut, plus ou moins épais et cela induira une quantité plus ou moins grande de matériaux. L’idée est aussi de trouver le juste milieu pour que le mur ne soit pas trop monumental, proportionné par rapport au talus.

2Préparatifs

Préparatifsimage Préparatifs

Pierres extraites d'un champ lors de travaux agricoles.

© L. Cagin & L. Nicolas

Faites le bilan des pierres disponibles sur place et stockez-les dans un pierrier. Si vous n’avez pas toutes les pierres sous la main, choisissez-les puis commandez-les. Faites de même pour la terre et le remblai.
Préparatifsimage Préparatifs

Pierre à bâtir conditionnée en palette.

© L. Cagin & L. Nicolas


L’idéal est de faire un petit schéma du projet avec les dimensions. Il servira de base aux calculs de volume. Multipliez la longueur (L) par l’épaisseur (E) et la hauteur (H). Puis appliquez à ce total un coefficient dit de « foisonnement » de 1,4. Il faut en effet en moyenne 1,4 m3 de pierres en vrac pour construire 1 m3 de mur. La formule est donc : (L x H x E) x 1,4.

3Terrassement

Terrassementimage Terrassement

Le bon sol. Il se repère lorsqu'on arrive à une surface plus claire, compacte et stable. A l'inverse, le sol instable de surface est foncé et sableux.

© L. Cagin & L. Nicolas

Creusez les fouilles en anticipant les obligations techniques de la maçonnerie à pierres sèches : dimensions, drain, arrivée sur un sol suffisamment stable pour recevoir le mur. Pensez à creuser le sol en "oblique", de façon à ce que l’assise du mur penche vers le talus. Cela permettra de prévenir le renversement ultérieur du mur.
Terrassementimage Terrassement

Une assise oblique prévient le renversement ultérieur du mur.

© L. Cagin & L. Nicolas

Le livre « Construire en pierres sèches »

couverture du livre "construire en pierres sèches"image couverture du livre "construire en pierres sèches"

Le livre "Construire en pierres sèches" est édité par Eyrolles.

© DR

Edité en juillet 2008 par les éditions Eyrolles, le livre « Construire en pierres sèches » est un véritable ouvrage de référence. Très pédagogique, il explique en 176 pages les techniques et les gestes pour réaliser soi-même un aménagement en maçonnerie à pierres sèches. On y apprend à construire un escalier, un mur, un arc de décharge, à parementer un mur existant, à drainer un sol, etc. Ses auteurs, Louis Cagin et Laeticia Nicolas, sont respectivement murailleur spécialisé en maçonnerie à pierres sèches et ethnologue. L’ouvrage est destiné aux particuliers mais aussi aux artisans et paysagistes. Il est proposé au prix de 32 € TTC.

Les outils nécessaires

Outilsimage Outils

De gauche à droite : brouette, râteau-feuille, barre à mine, pioche, pelle, râteau.

© DR

outils de taille : têtu (= marteau du murailleur)

pioche

pelle

seau

râteau

éventuellement barre à mine

    0nouveaux
    messages