a la une news produits evenements a lire, avoir
Rechercher dans les actualités
news
  • news

    Bricolage : pourquoi le e-commerce ne remporte pas les suffrages

    12 sept. 2014
    image bricolage_ecommerce_5412f4903294e.jpg

    Tutoriel vidéo, conseils, partage d’idées entre adeptes du bricolage, fiches de produits : sur le web, le bricolage et le jardinage sont en phase avec les enjeux de la digitalisation. Toutefois, le e-commerce ne parvient pas à décoller et peu d’internautes français passent de la recherche d’informations à l’achat en ligne. Pourquoi ? Quelle stratégie adopter pour contourner ce constat ?

    Le web pour les conseils et les recherches d’informations

    En moyenne, lorsque les Français entament un projet de bricolage ou de jardinage, 70 % d’entre eux effectuent une recherche au préalable, bien souvent sur Internet. Ils utilisent majoritairement les sites et applications des enseignes de bricolage. On pourrait alors croire que ce panel d’interrogés convertit leur recherche en achat online. Pourtant, il n’en est rien. Après avoir récolté tous les renseignements nécessaires à la concrétisation de leur projet, les Français finissent par acheter en magasin.

    Le poids du e-commerce dans le bricolage et le jardinage oscille entre 1 et 3 % selon les ventes. Ceci s’explique par le fait que les consommateurs préfèrent mesurer et voir en grandeur nature les produits qu’ils souhaitent acheter. Il va sans dire que ces articles sont bien souvent encombrants et fragiles.

    Miser sur le Click & Collect

    Face à ce constat, les grandes enseignes du bricolage peuvent profiter d’un facteur de poids. En effet, si la proportion des ventes de bricolage online ne dépassera probablement pas les 10 %, le poids des ventes influencées par le web va peu à peu augmenter pour devenir le plus important du commerce. Les grandes surfaces de bricolage françaises devraient alors s’inspirer du modèle anglais du « Click & Collect ». Ce service permet au consommateur de commander en ligne pour ensuite retirer ses articles dans le magasin le plus proche. Le consommateur s’y retrouve puisqu’il ne paie pas de frais de transport. Se pose alors la question d’investir ou non dans le développement d’un site e-commerce au risque que celui-ci ne connaisse pas l’essor espéré.

      Poster une réaction

      Vous devez être identifié en tant que membre de la communauté pour utiliser ce service.

    0nouveaux
    messages